Bonne fête maman !

Fin mai ou début juin, c’est la fête des mères en France. Cette année, ça tombe le 7 juin. Alors, cadeau ou pas ? Facile à trouver ou petit casse-tête ? Sophie, Célia, Charlotte et Anne racontent comment ça se passe dans leurs familles respectives.

  • TRANSCRIPTION
    S : Sophie / C : Célia / Ch : Charlotte / A : Anne

    A : Donc dimanche qui vient, là, c’est la Fête des Mères. Est-ce que vous avez pensé à cette date très importante ? !
    S : Oui, bien sûr. On y a pensé. Donc (il ) y a les cadeaux. Donc la tradition, c’est de faire un cadeau à la maman. Donc moi personnellement, enfin dans ma famille, on fait pas trop de cadeaux. Enfin ma mère n’aime pas trop les cadeaux mais on va quand même lui en faire un pour … pour marquer le…le coup. (1)
    A : Quand vous dites « on », c’est quoi, vos frères, vos sœurs ?
    S : Ouais, j’ai un grand frère.
    A : Ah d’accord. Donc vous vous mettez tous les deux ?
    S : Voilà, exactement.
    A : Et vous trouvez un cadeau commun.
    S : Oui. C’est ça.
    A : D’accord. Et alors, c’est quoi ? Là, vous avez déjà trouvé ?
    S : Oui. Ça y est, on a trouvé. C’est des lunettes de soleil.
    A : Oui.
    S : Donc…
    A : Ça peut servir à Marseille !
    S:  Oui, l’été arrive. Donc voilà !
    A : D’accord.
    S : Avec un bouquet de fleurs et voilà.
    A : D’accord. Oui, parce qu’elle est pas très cadeaux (2), mais enfin, si vous faisiez pas de cadeau, elle serait peut-être un peu déçue, non ?
    S : Non, c’est elle qui nous dit qu’elle veut pas de cadeau de la part de ses enfants…
    A : Juste pour ça, quoi.
    S : Voilà.
    A : C’est vrai que c’est un peu artificiel, quoi, finalement.
    S : Voilà et…
    A : Mais par exemple, pour son anniversaire ?
    S : Alors, les anniversaires, elle aime pas du tout.
    A : Ah, non plus ! Elle est pas du tout cadeaux, pas du tout fêtes…
    S : Donc… parce qu’elle a peur de vieillir donc…
    A : Ah, d’accord !
    S : Voilà, les cadeaux, c’est… Mais on le fait quand même aussi pour l’anniversaire.
    A : D’ accord, bon… Et Célia ?
    C : Moi, c’est très respecté. Elle aime les cadeaux. Bon. On y a réfléchi. Bon on va lui faire avec ma sœur un massage, on va lui offrir des soins.
    A : Ah, d’accord, dans un institut (3) ou… Ouais d’accord.
    C : Ça a toujours été pour les anniversaires, les cadeaux à Noël…
    A : D’accord. Et vous avez du mal à (4) trouver des idées de cadeaux ? Parce que des fois, c’est dur, hein !
    C : Des idées, ouais… C’est de plus en plus dur avec le temps. (5)
    A : C’est vrai ?
    C : On sait plus quoi offrir.
    A : Ouais, ouais, c’est ça le problème, hein, c’est vrai ! Donc là, ça y est, c’est prévu.
    C : On va l’acheter demain.
    A : D’accord. Elle pourra y aller quand elle veut, en fait. Ouais, ouais, c’est ça, elle l’utilise quand elle veut. D’accord. Qui est-ce qui a eu l’idée ? C’est vous ou c’est votre sœur ?
    C : C’est mon cousin.
    A : Ah !
    C : Parce que lui aussi, comme ça, il va faire pareil. Elles iront toutes les deux ensemble.
    A : Ah d’accord, d’accord. Un prix de groupe ! D’accord. Et Charlotte ?
    Ch:  Bah moi, donc ma mère est décédée il y a cinq ans.
    A : Ah, d’accord. Donc ça c’est quand même… C’est peut-être un moment un peu difficile… Non, on n’y pense pas ?
    Ch:  Non, c’est un moment difficile bien sûr. Tout le monde parle de ça. C’est une fête, tout le monde, les grands-mères, tatati et tatata (6)…
    A : Oui, les publicités partout.
    Ch : Voilà.
    A : On peut pas l’oublier.
    Ch : Les cadeaux. Mais bon, c’est pas grave, c’est un peu la nostalgie. Ça fait du bien aussi de repenser aux moments quand on était petites et tout. Je me souviens qu’avec ma sœur, on faisait plutôt des trucs à la main, des sortes de… de poèmes à deux, on confectionnait quelque chose…
    A : A l’école ou … ?
    Ch : A l’école, chez nous. On aimait bien. On est beaucoup manuelles (7). On aime bien l’art et tout (8) chez moi. Donc on faisait… ces…ces cadeaux qui … font plus plaisir, quoi.
    A : Vraiment le cadeau fabriqué par les enfants.
    Ch : Voilà, c’est ça.
    A : C’est vrai que ça fait plaisir, ça, aux mamans.
    Ch : Ouais, donc on était plus comme ça, un poème, un petit mot d’amour, une petite photo ou… Voilà. Puis… enfin on était jeunes, donc on n’avait pas forcément d’argent à dépenser ou des idées. Donc du coup, ça nous occupait et c’était sympa, quoi.
    A : D’accord.
    Ch : C’était vraiment familial, ouais.
    A : Oui, oui.
    S : Et vous, vous avez des enfants ?
    A : Oui, j’ai deux… deux grands fils qui ont vingt et un ans et dix-huit ans. Et oui, je sais que les pauvres, ils se creusent la… la… la cervelle(9) pour savoir quoi m’offrir ! Mais en fait, (il ) y en a un qui est… Bon lui, il raterait jamais une occasion comme ça, c’est-à-dire que… enfin, voilà, pour lui, c’est important. Il va y penser, il va faire un cadeau. Le deuxième, il s’en fiche un peu plus (10) . Il y a son grand frère qui lui dit : « Mais tu sais, c’est la fête des mères… »
    S : C’est parce qu’il est plus jeune…
    A : Oui, mais je crois que c’est sa nature aussi ! Et donc c’est plutôt le grand frère qui a des idées et qui dit à son frère : « Allez viens, on va lui acheter quelque chose ». Mais voilà, c’était aussi quand ils étaient petits évidemment… c’était les petits cadeaux fabriqués à l’école et tout. J’ai tout gardé, les jolies cartes, les petits objets qu’on pose dans un coin et tout ça enfin. Mais voilà, oui, oui. Donc là, je suppose, oui, qu’il y aura un petit cadeau dimanche. On verra ! Merci.

    Quelques explications :
    1. marquer le coup : célébrer l’occasion, mais juste un peu.
    2. Elle est pas très cadeaux ( Il manque la négation) : = elle n’aime pas vraiment les cadeaux. Ce n’est pas trop son truc ! Ça ne l’intéresse pas vraiment.
    3. un institut de beauté.
    4. vous avez du mal à… : C’est difficile pour vous de…
    5. avec le temps : les années passent et elle a tout, donc, c’est difficile de trouver des idées.
    6. et tatati et tatata = et patati et patata : façon familière de dire « etc ».
    7. On est beaucoup manuelles : familièrement, on utilise « on » à la place de « nous ». Et normalement, il faut utiliser “très” à la place de “beaucoup” : “on est très manuelles”, ce qui veut dire que Charlotte et sa soeur aiment bricoler, fabriquer, confectionner des objets avec leurs mains.
    8. et tout : on le dit souvent à l’oral quand on ne veut pas donner tous les détails.
    9. se creuser la cervelle : chercher des idées, réfléchir. ( expression familière )
    10. il s’en fiche un peu plus : ça n’est pas très important pour lui. Ce n’est pas aussi important que pour son frère.

    TELECHARGER: Bonne fête maman – France Bienvenue

    Advertisements

    Étiquettes : ,

    Ecrire un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s

    %d blogueurs aiment cette page :