Comment éviter les embouteillages

Se déplacer à Marseille en voiture devient de plus en plus difficile, comme dans beaucoup de grandes villes. Embouteillages, problèmes de stationnement. Et les transports en commun ne sont pas assez pratiques. C’est ce qui amène de plus en plus de gens à opter pour un deux-roues : scooter ou moto. Pour Célia, c’est le scooter.

TRANSCRIPTION
C : Célia / A : Anne

A : Où est-ce que vous habitez, Célia ? Vous habitez loin de l’IUT ?
C : Assez loin. Une demi-heure en scooter.
A : Oui. En scooter…
C : En scooter. En voiture, ça prendrait minimum trois quarts d’heure à une heure, une heure et demie. Ça dépend les embouteillages (1).
A : Eh oui, oui. Parce qu’en scooter, on peut quand même se faufiler (2).
C : C’est ça. Mais bon, c’est un peu difficile. Avec les automobilistes, ils se serrent pas (3) toujours à droite.
A : D’accord. Il faut être très, très vigilant ?
C : Vigilant, oui. Parce qu’il y a souvent des coups de volant vers la gauche. Donc, nous, en dépassant, c’est dangereux. Et… surtout à Marseille. Donc bon, c’est une conduite un peu…
A : Un peu spéciale !
C : Voilà, c’est une conduite un peu spéciale ! (4)
A : D’accord. Et le… le scooter, vous en faites depuis quand ? Enfin, vous l’avez… Vous avez commencé ça à quel âge ?
C : A seize ans.
A : A 16 ans. D’accord… Moi, en tant que mère, j’aurais eu du mal (5) à dire oui à mes fils pour qu’ils roulent en scooter, franchement, à Marseille !
C : Si ça tenait qu’à mon père (6), je l’aurais eu plus tôt.
A : Oui ?
C :  Mais bon, ma mère…
A : Etait plus inquiète ?
C : Etait plus inquiète et bon, après, elle a fini par céder parce que c’est vrai que c’est pratique.
A : Bah oui !
C : Ça donne une autonomie et puis…
A : Oui, on peut…
C : On dépend plus (7 )des… des uns et des autres.
A : C’est sûr. Et puis bon, voilà, on peut éviter quand même les embouteillages. Et en voiture, il y a des moments, c’est difficile, quoi. On peut… On sait pas exactement combien de temps on va mettre, alors que là, en deux-roues, on sait à peu près évaluer le temps dont on a besoin. D’accord. Mais après, alors, ce qui est un peu casse-pieds (8), je trouve, là, parce que je vois qu’il y a votre casque… Toute la journée, il faut se trimballer (9) avec le casque à la main ?
C : Je suis pas obligée. J’ai… J’ai la selle. Mais bon, elle est un peu pleine.
A : D’accord, il y a d’autres choses dessous, là.
C : Il y a la selle, et elle est pleine.
A:  Oui, oui…
C : De bombes anti-crevaison, des…
A : Ah oui.
C : Des affaires.
A : Oui, qui sont nécessaires.
C : Pour la pluie, si il pleut, d’un coup.
A : Eh oui ! Ça peut arriver des fois à Marseille !
C : C’est un peu encombré. Mais sinon, il y a le top case aussi qu’on peut mettre.
A : Oui. Et sinon, vous avez votre permis voiture (10)?
C : Oui.
A : Et vous préférez conduire quoi ? Une voiture ou un scooter ?
C : Ça dépend. Ça dépend du lieu de rendez-vous, du… de là où on va, des horaires aussi, parce que bon, si c’est en début de mat(inéé)… de journée ou en fin de journée, c’est impossible en voiture de circuler dans Marseille.
A : Oui, c’est vrai.
C : En scooter, c’est préférable mais après…
A : Oui, dans les heures un peu plus creuses (11), la voiture…
C : C’est sûr que pour les pluies, après, c’est sûr, la voiture…
A : Oui, oui.
C : En scooter, c’est bien l’été. Printemps, été, et un peu de l’automne (12) mais… l’hiver, c’est vraiment dur.
A : Il fait plus froid aussi et…
C : Il fait plus froid, il y a du verglas (13), c’est dangereux. C’est dangereux. Et puis… La pluie aussi, c’est embêtant aussi, c’est dangereux.
A : C’est vrai. C’est sûr.
C : Donc pour l’hiver, c’est mieux la voiture. L’été, le scooter.
A : On est dehors, à l’air libre.
C : C’est ça.
A : D’accord. Merci beaucoup.

Quelques explications :
1. ça dépend : ce verbe est normalement suivi de la préposition « de », mais pas à Marseille ! Ailleurs, on dit : ça dépend des embouteillages.
2. se faufiler : ici, ça veut dire qu’on peut passer entre les files de voitures et dépasser. Mais c’est étroit, donc il faut se faufiler.
3. se serrent pas… : comme d’habitude à l’oral, il manque « ne » : ne se serrent pas. A l’écrit, on n’oublie jamais cette partie de la négation.
4. Une conduite un peu spéciale : Les Marseillais n’ont pas la réputation de bien respecter le Code de la Route… C’est une réalité.
5. j’aurais eu du mal à … : ça aurait été difficile pour moi de…
6. si ça tenait qu’à mon père : il manque « ne » = si ça ne tenait qu’à mon père = s’il y avait seulement mon père, si mon père était le seul à décider.
7. on dépend plus : il manque un bout de la négation = On ne dépend plus… ( On ne prononce pas le « s » de « plus » quand c’est la négation. )
8. casse-pieds = embêtant ( style familier )
9. se trimballer : style familier = se déplacer
10. le permis voiture, par opposition au permis moto.
11. les heures creuses : les heures où il y a un peu moins de circulation, par opposition aux heures de pointe.
12. un peu de l’automne : on devrait dire plutôt « une partie de l’automne ».
13. le verglas : quand il fait froid et que c’est humide, la chaussée est gelée et ça glisse à cause de plaques de verglas.

TELECHARGER : Comment éviter les embouteillages – France Bienvenue

Étiquettes :

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :