Vive la musique !

Ecouter de la musique, ça fait partie de la vie ! Mais faire de la musique, c’est encore un autre plaisir. Nicolas n’a pas commencé tout petit mais aujourd’hui, le piano fait partie de sa vie quotidienne. Il nous explique quand, comment et pourquoi il a choisi cet instrument. Vive la musique !

  • TRANSCRIPTION
    N : Nicolas / A : Anne

    A : Nicolas, les étudiants de GEA ont quand même beaucoup de boulot (1), mais ils ont quand même aussi du temps libre. Alors, qu’est-ce qu’on fait quand on a du temps libre et qu’on a votre âge ?
    N : Ben, personnellement, j’aime bien jouer de la musique, notamment le piano. Je… J’apprécie et je joue depuis l’âge de 16 ( seize ) ans.
    A : Ah seulement ! Vous n’avez pas commencé… petit, quoi ?
    N : Non, non, non. J’ai… J’ai… Quand j’étais petit justement, je faisais aucun instrument (2), aucun sport, Pas… pas grand-chose (3)… Et j’ai voulu rattraper…
    A : Pourquoi ?
    N : Je sais pas. J’ai… Mes parents m’ont pas poussé à faire… à faire une quelconque activité et…
    A : Oui, ils vous laissaient tranquille.
    N : Voilà, ils m’ont laissé… Et du coup, j’ai voulu rattraper le temps perdu en grandissant, en… Et je me suis mis au piano (4) justement.
    A : D’accord, mais c’est bien ça, parce qu’à la limite, il y a des enfants qu’on oblige à commencer, enfin, quand ils sont petits, à 6 (six) ans ou quelque chose comme ça, puis après, ils laissent tomber (5)…
    N : Mmm.
    A :  … plus tard. Alors que vous, c’est vraiment un choix.
    N : Non bah moi, c’était l’inverse, justement. On m’a pas… On m’a pas obligé à faire une quelconque activité mais moi justement, j’ai décidé…
    A : Oui voilà, c’était…
    N:  … personnellement de… J’ai fait ma propre démarche de commencer l’instrument et…
    A : Du coup, ça fait vraiment partie de vous.
    N:  C’est une motivation, voilà, une motivation personnelle. On m’oblige pas à jouer, on m’oblige pas à…
    A : D’accord. Mais le problème, c’est… c’est souvent de trouver, je sais pas, un prof, un cours, quand on a 16 ans, c’est pas toujours évident de commencer un instrument en France.
    N : J’ai commencé dans… J’ai cherché sur internet une association qui… qui disposait d’un professeur de piano, justement et… Donc j’y suis allé. On m’a… On m’a dit que l’âge n’était pas un problème, vu que je cherchais plus le plaisir de jouer plutôt que… que la performance. Et… Et du coup, j’étais avec deux… deux ou trois autres étudiants qui… qui prenaient des cours avec le professeur au départ. Et j’ai fait ça pendant… pendant un an, un an et demi. Et une fois que j’avais un certain niveau, j’ai… j’ai décidé de prendre un prof particulier pour m’entraîner chez moi, de façon plus… plus sérieuse, plus poussée.
    A : Oui, oui. Et alors, enfin… Le problème avec le piano, c’est que quand on commence, des fois, on sait pas forcément si ça va plaire, et un piano, c’est cher.
    N : Oui, alors non, le piano… J’avais l’avantage, ma grand-mère jouait du piano et elle me l’a légué. Du coup, le piano, il est chez moi actuellement dans le salon. Et ça m’a permis de jouer sans… sans, sans débourser…
    A : Oui, oui… un centime. (6)
    N : … un centime. Et c’est… c’est… c’est assez… assez pratique pour… pour voir si l’instrument plaît.
    A : Oui, oui, bien sûr.
    N : Parce que si j’avais pas eu le… le… le piano, j’aurais pas… J’aurais pas testé, vu que j’aurais pas… j’aurais pas investi (7)dans un piano sans savoir si… si c’était réellement intéressant, quoi.
    A : Oui, puis souvent, je sais pas, à votre âge, enfin, vous dites 16 ans, là, quand vous aviez commencé… quand vous avez commencé, souvent , les… les jeunes, à ce moment-là, ils font du synthétiseur…
    N : Ouais, du synthé, ouais.
    A : Et c’est pas du tout la même chose.
    N : C’est pas… ça produit pas du tout le même son. C’est …
    A : C’est pas le même toucher.
    N : C’est pas le même toucher. Y a pas les… Sur les synthétiseurs bas de gamme, il y a pas de marteaux, y a pas les… les touches qui sont identiques, du coup, ça change… ça change pas mal la sonorité, le… et la façon de jouer. Du coup, ben… J’ai aussi un synthétiseur, parce que j’ai des parents divorcés, donc chez l’un , j’ai le synthétiseur, chez l’autre, j’ai le piano. Et donc du coup, je passe de l’un à l’autre, en m’entraînant aux deux… aux deux instruments, quoi.
    A : C’est toute une organisation !
    N : C’est… Oui, c’est une organisation parce que comme je peux pas déplacer l’instrument…
    A : Non, c’est sûr ! C’est pas un violon !
    N : Je le laisse… Voilà, je peux pas déplacer une guitare (8) comme ça.
    A : Ouais, ouais.
    N : J’ai laissé comme ça.
    A : D’accord. Hm, hm.
    A : Et alors quand vous avez commencé, vous avez beaucoup travaillé ? Parce que il faut quand même…
    N : Bah, ça demande une certaine rigueur au départ quand même parce que…
    A : Oui ? Vous l’aviez ?
    N : J’avais du mal avec le solfège (9), en fait…
    A : Ah oui, c’est ça.
    N : Parce que c’est vraiment… Le piano, c’est l’instrument où on doit apprendre le solfège pour comprendre quelque chose et..
    A:  Oui. Lire en clé de sol, en clé de fa (10)…
    N : Voilà, les clés de fa, clés de sol, c’est assez… C’est compliqué au départ. Mais une fois qu’on a… qu’on a… qu’on a démarré et qu’on est… qu’on s’intéresse à ça, si c’est vraiment une motivation personnelle, eh ben on peut… On apprend vite et ça vient vite.
    A : On brûle les étapes. (11)
    N : Voilà.
    A : On rattrape tout le temps perdu.
    N : On rattrape tout le temps perdu. On prend des morceaux qu’on aime bien et… ça passe. (12)
    A : Oui, oui. C’est ça. Et alors, qu’est-ce que vous jouez ? Qu’est-ce que vous aimez comme… ?
    N : Bah, j’aime bien… Enfin, je joue beaucoup de classique.
    A : Oui, oui oui.
    N : Le jazz, c’est pas la même rythmique. Du coup, je… je… je joue pas énormément de ce style-là, parce que c’est pas du tout la même approche de la musique. C’est… Mais sinon je joue les morceaux courants, la variété française, adaptés au piano…
    A : D’accord, c’est vrai.
    N : Ça… ça donne des morceaux… des morceaux assez… assez sympathiques et j’aime bien jouer ce style de musique aussi.
    A : D’accord, et là, en ce moment ? Vous avez quoi dans… dans les doigts ?
    N : En ce moment alors, il y avait plusieurs titres… C’était Yann Tiersen, en fait, qui fait toutes les valses d’Amélie Poulain, tout ce qui était… J’aime beaucoup les… les musiques du film.
    A : Moi aussi, je joue ça.
    N : Et du coup je jouais… je jouais les différentes versions, les différentes musiques du film.
    A : Moi, mon fils… mon fils aîné, il a fait du piano de l’âge de six ans jusqu’à 17 ans avec un prof. Et puis en fait, il a arrêté, mais ça lui reste quand même. Enfin de temps en temps, il se rasseoit au piano et il joue des morceaux là de … du film, enfin de la bande originale (13) du film « La leçon de piano ».
    N : Oui, « La Leçon de piano ». C’était un beau morceau.
    A : C’est pas évident ! C’est beau, hein.
    N : C’est un très, très beau morceau.
    A : Oui, oui.
    N : J’aime beaucoup.
    A : Oui, voilà. D’accord, bon bah c’est bien… Moi aussi, je joue du piano.
    N : Ah bon ?
    A : J’ai commencé tard, beaucoup plus tard que vous. Mais j’ai continué, toujours (14) et…
    N : Vous continuez ? Là, actuellement ?
    A : Oui, oui, oui. Je prends des cours avec une prof et… Parce que si on prend pas de cours en fait, je trouve qu’on est… Enfin, moi j’ai du mal à…
    N : Bah on perd, ouais…
    A : … à m’obliger…
    N : C’est vrai que c’est compliqué de garder la motivation, la rigueur…
    A : Parce qu’il faut… Il faudrait jouer… Il faut jouer tous les jours, quoi, un petit peu.
    N : … Un minimum tous les jours.
    A : Mm. Et donc quand on n’a pas un objectif comme ça, bah on a tendance à dire « Oh bah on verra demain, ou après-demain ». Et puis on laisse courir. (15) Voilà. Bon bah c’est bien ! Il y a pas beaucoup d’étudiants en fait, pas beaucoup de jeunes qui… qui font de la musique. Enfin, si, de la guitare.
    N : Bon ouais souvent. J’ai beaucoup d’amis qui font de la guitare. Au départ, j’ai commencé par la guitare, en fait. J’ai joué beaucoup…
    A : C’est un truc de garçons et de jeunes.
    N : Bah c’est, voilà, c’est comme ça, C’est… tout le monde joue de la guitare, donc j’ai appris la guitare. Et en fait, donc j’avais pas pris de prof, par contre. Je… J’apprenais tout seul. Et donc sur internet, je cherchais des morceaux à jouer. Et je me suis rendu compte que tous les morceaux qui me plaisaient, c’était des morceaux de piano en fait.
    A : D’accord.
    N : Et du coup, je me… Au fur et à mesure (16), j’ai abandonné la guitare et j’écoutais les morceaux de piano. Je… Ecouter et ré-écouter. Et finalement, je me suis dit « Bah c’est du piano qu’il faut que je fasse ! » parce que les morceaux de piano sont beaucoup plus.. plus intenses, et plus… plus recherchés que les morceaux de guitare en général. Parce que voilà, le piano, on joue beaucoup plus de voix qu’une… une guitare.
    A : Bah oui, oui, oui. On a dix doigts !…
    N : Voilà, il y a beaucoup plus de touches que le nombre de cordes.
    A : C’est sûr !
    N : Donc au final, je me suis dit « on va passer au piano plutôt. »
    A : Bah c’est une expérience intéressante.
    N : Oui, c’est…
    A : Merci beaucoup.
    M : Merci.

    Quelques explications :
    1. beaucoup de boulot : style familier pour dire « beaucoup de travail ». Nicolas est en GEA à l’IUT de Marseille ( Gestion des Entreprises et des Administrations )
    2. Je faisais aucun instrument : il manque la négation ( comme très souvent à l’oral ) = je ne faisais aucun instrument. On peut dire « faire un instrument » pour dire « jouer d’un instrument ». Et on dit « faire du piano / de la guitare / de la musique », avec « de la » au féminin ou « du » au masculin.
    3. pas grand-chose = pas beaucoup de choses. On n’emploie pas cette 2ème expression en fait.
    4. se mettre à une activité / à un instrument = commencer / démarrer une activité / un instrument
    5. laisser tomber ( une activité ) = arrêter / abandonner une activité.
    6. sans débourser un centime : c’est une expression qui signifie « sans rien payer du tout ».
    7. j’aurais pas investi : dans toutes ces formes verbales au conditionnel passé, il manque la négation « ne » = Si je n’avais pas eu le piano, je n’aurais pas investi / je n’aurais pas testé …
    8. une guitare : Nicolas veut dire que ce n’est pas une guitare qu’il a à déplacer mais un piano…
    9. J’avais du mal avec le solfège = le solfège, c’était difficile pour moi.
    10. En français, les noms des notes ne sont pas des lettres . On dit « Do, ré, mi fa, sol, la, si, do ».
    11. brûler les étapes = franchir toutes les étapes très vite. Aller plus vite que normalement. Ici, ça veut dire qu’on apprend bien plus vite quand on est réellement motivé.
    12. ça passe : on surmonte les obstacles sans trop de difficulté. On apprend le solfège même si c’est difficile.
    13. la bande originale d’un film : ce sont toutes les musiques du film. On dit aussi la BO.
    14. J’ai continué… toujours : normalement, on doit dire « J’ai toujours continué ». Mais oralement, on commence souvent une phrase d’une façon et on rajoute un détail, sans recommencer toute la phrase.
    15. Laisser courir : ne pas faire quelque chose et laisser passer le temps.
    16. au fur et à mesure : peu à peu

    TELECHARGER: Vive la musique – France Bienvenue

    Advertisements

    Étiquettes : ,

    Ecrire un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s

    %d blogueurs aiment cette page :