Les aventures nautiques de Sophie

Et voilà, c’est la fin des vacances ! Retour après une longue absence…
Est-ce que l’été a été bon pour vous ? On est bien content de vous retrouver !

Pour ne pas se replonger directement dans l’ambiance travail, on va écouter Sophie qui raconte quelques-unes des aventures qui lui sont arrivées sur son voilier depuis qu’elle navigue.

  • Transcription :
    A : Alors, Sophie, donc finalement quand on fait de la voile depuis sept ans (1), on doit avoir quand même des… des tas de souvenirs. Ils sont tous bons ? Ils sont tous… ?
    S : Non, pas du tout ! Enfin… On en rit après, mais c’est vrai que quand j’avais sept ans, je me souviens, j’étais partie sur un Optimist, donc c’est un tout petit bateau, et puis d’un coup, j’avais plus de… de gouvernail, donc plus de… comme si c’était un volant, quoi !
    A : Oui, oui.
    S : Donc il est parti et moi, j’étais toute seule. Il y avait personne avec moi, donc j’étais en train de pleurer.
    A : Et alors, le moniteur est arrivé et…
    S : Oui, un quart d’heure après, quoi !
    A : Il a fallu assurer (2) toute seule ?
    S : Voilà. Pendant que je pleurais, bah je suis partie dans les rochers. Bon, c’était bien!
    A : Oui, oui,d’accord. Ça marque.
    S : Ouais, ça marque. Après, une autre fois, ben je naviguais, donc toute seule aussi. Et puis, mon bateau s’est renversé et il est reparti, tout seul.
    A : Ah !
    S : Sans moi !
    A : Une femme à la mer !
    S : Donc voilà ! Après…
    A : Et alors, qu’est-ce qu’on fait dans ces cas-là ?
    S : Eh ben, on peut rien faire, hein. Nous, on est… Le bateau, il repart tout seul. C’est-à-dire que moi je suis partie à l’eau. Voilà.
    A : Ça doit faire un drôle d’effet quand même !
    S : Et on nage. Ouais. On attend que quelqu’un nous voie si… parce qu’il y avait personne en plus sur l’eau. Il y avait que moi. Donc…
    A : Ah bon ?
    S : Je suis rentrée à la nage.
    A : A quel âge c’était, ça ?
    S : J’avais quatorze ans. Donc voilà. Ensuite, ça, c’était cet été, quand j’étais prof, il y a une de mes stagiaires qui est rentrée dans une digue, donc… donc plein de rochers. Elle s’est tuée !
    A : Au sens figuré, quand même !
    S : Oui.
    A : Oui, oui. Elle s’est explosée (3) dans la digue.
    S : Voilà , c’est ça. Et elle a … Bon, elle a tué le bateau aussi !
    A : Ah bon.
    S : Le bateau était cassé, quoi.
    A : Oui, oui. Elle a dû avoir la… la frayeur de sa vie, non ?
    S : Ouais, ouais. Moi j’étais super contente ! Et…
    A : Comment ça ?
    S : Non, non. Mais je me suis fait… Je me suis fait pourrir (4) entre guillemets par mon patron. (5)
    A : Ah oui, d’accord.
    S : Voilà.
    A : Responsable du matériel et des gens.
    S : Ouais. Voilà, c’est ça. Après aussi, il y a quelque chose que j’ai fait de bien, c’est que j’ai formé un groupe de pompiers sur les interventions qu’on pouvait faire sur l’eau, si jamais (6) il y avait un blessé en mer ou quoi (7), parce que bon, c’est pas…
    A : C’est spécial.
    S : Voilà, c’est assez spécial. Donc j’ai formé un groupe de pompiers comme ça, toute une journée.
    A : C’est varié, hein, finalement.
    S : Ah oui, ouais.
    A : La mer, c’est infini.
    S : Voilà. C’est ça.
    A : Et en fait, vous naviguez uniquement en Méditerranée ou vous êtes allée, je sais pas sur l’Atlantique, en Bretagne ?
    S : Ouais, j’ai navigué sur l’Atlantique, mais pas longtemps, quoi, une semaine. Et c’est mieux la Méditerranée !
    A : Pourquoi ? Il fait plus chaud ?
    S : Ouais. Puis il y a moins de courants aussi.
    A : Oui, c’est ça ? Il y a des moments, elle est mauvaise, la Méditerranée quand même.
    S : Oui, mais on a l’habitude, quoi, enfin… Ouais, il y a des… il y a beaucoup de vagues ou beaucoup de creux mais… Enfin on dérive aussi super vite (8), mais bon, moi, j’ai l’habitude, hein. C’est…
    A : Oui, c’est ça, quand on connaît le milieu…
    Et sinon, chez vous, les… les… Enfin, dans la famille, il y en a qui sont…
    S : Ben mon père, bon qui… qui en fait plus. Et en fait mon grand-père. C’est un truc de famille, quoi.
    A : Ah d’accord, c’est une famille. Et là, c’est une fille qui a pris le relais (9).
    S : Ouais, parce qu’il faut savoir que la voile, c’est un monde masculin.
    A : Très masculin ?
    S : Ouais, il y a pas trop de filles, ouais, dedans.
    A : Eh oui. Bah de toute façon, là, quand on voit, je sais pas, les grandes courses et tout ça…
    S : Ouais, il y a que des hommes.
    A : Il y a des filles qui sont célèbres mais elles ont visiblement un peu galéré (10) pour s’imposer aussi.
    S : Aussi, oui. Ouais, parce que maintenant, les formations, les filles, on est exclues, quoi, en fait.
    A : C’est vrai ?
    S : Ah oui, oui. Ils nous… Il y a un test… un test d’entrée, quoi, comme un concours d’entrée. Et c’est là où ils nous virent (11), quoi.
    A : C’est pas vrai !
    S : Ils nous disent : « Non, c’est bon, tu es une fille, tu as pas assez de force. Dehors ! ».
    A : C’est ça ? C’est une histoire de… de force?
    S : Ah oui, oui. C’est parce que…
    A : Mais avec le matériel moderne quand même, non, aujourd’hui, ça a pas un peu compensé ?
    S : Ben non, parce que sur l’eau, quand on doit soulever un bateau, bah moi, j’y arrive pas, quoi. Enfin, il faut qu’on m’aide.
    A : Ils sont plus costauds (12)? Ouais, quand même. S : En général, ouais, ils sont pas fins.
    A : C’est vrai que bon, vous, vous êtes effectivement petit format(13) quand même !
    S : Voilà, c’est ça. Donc bon, c’est pas facile mais…
    A : Faut compenser par autre chose quoi. Faut pas… Faut pas se renverser. Il faut que le bateau…
    S : … Tout… tout aille bien.
    A : D’accord. Bon eh ben, merci pour toutes ces anecdotes.

    Quelques explications :
    1. depuis 7 ans : ça aurait été plus clair de dire : « depuis l’âge de 7 ans »
    2. il a fallu assurer = il a fallu se débrouiller, réagir toute seule.
    3. elle s’est explosée dans la digue = elle a heurté la digue violemment. (familier)
    4. se faire pourrir par quelqu’un : se faire disputer par quelqu’un qui est très en colère. (très familier)
    5. mon patron : mon employeur (familier)
    6. si jamais : au cas où
    7. ou quoi : ou quelque chose comme ça (familier, très oral)
    8. super vite : très vite (familier)
    9. prendre le relais : prendre la suite de quelqu’un, prendre la succession
    10. galérer : avoir du mal à faire quelque chose parce qu’il y a beaucoup d’obstacles à surmonter. (familier)
    11. virer quelqu’un : exclure, renvoyer quelqu’un (familier)
    12. costaud : fort
    13. petit format : Sophie est petite et mince. Donc c’est un petit format.

    TELECHARGER LA CONVERSATION: Aventures nautiques de Sophie – France Bienvenue

    Et on se retrouve aussi sur France Bienvenue2 si vous voulez entendre encore du français comme on le parle.

  • Étiquettes :

    Ecrire un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s

    %d blogueurs aiment cette page :