Luc, deux ans plus tard

Luc est un des étudiants qui a fondé le site France-Bienvenue il y a deux ans. Depuis, il a fait son chemin. Et ce n’est pas fini. Son chemin l’a mené entre autre en Angleterre depuis septembre 2009. Mais il n’a pas oublié non plus l’IUT de Marseille et en mai, il était là pour raconter un peu sa vie et la suite de ses études. Petit portrait d’un étudiant mobile !

  • Transcription:
    A : Alors Luc, petit retour en France quelques jours. Mais c’est pas ici que tu habites finalement maintenant.
    L : Eh non, parce donc que j’habite en Angleterre depuis le mois de septembre.
    A : Oui…
    L : Parce que je réalise mon année Erasmus, donc pour une année scolaire. Et donc on se trouve dans une école de commerce en fait, qui s’appelle Newcastle Business School.
    A : Oui, donc c’est vraiment le nord de l’Angleterre.
    L : Oui, c’est au nord-est. Et donc ça se passe bien. On n’a pas beaucoup d’heures de cours, contrairement à en France parce que là-bas, ils estiment que on doit plutôt réaliser des recherches personnelles à la bibliothèque et donc c’est un système de travail vraiment très différent de… de la France, quoi.
    A : Oui. Tu t’es bien adapté ? Parce que quelquefois, pour les Français, c’est difficile, ça, parce qu’il faut gérer son temps, il faut…
    L : Oui, oui. C’est difficile parce qu’on nous demande par exemple de réaliser des «assignments» qui sont en gros (1) des… des gros devoirs-maison. Et on nous explique pas la structure qu’il faut donner au travail. On nous dit pas comment il faut le rédiger, donc c’est à nous de chercher des… des bouquins (2) et de savoir comment il faut rédiger.
    A : Oui, trouver la méthode et…
    L : Oui, voilà. Et donc je pense que c’est… C’est très différent de ce qu’on demande de faire en France car en France, on nous précise bien tout, je trouve.
    A : D’accord. Peut-être un peu trop ?
    L : C’est pas qu’on nous assiste mais presque, dans le sens où voilà, il faut faire ça comme ça, vous devez faire ça comme ça, il faut rendre ça, et donc…
    A : Oui, oui et là, c’est pas du tout la même chose en Angleterre.
    L : Là, on est livré à nous-mêmes (3) et donc on avait un petit peur, d’autant plus que ce… Il fallait tout rédiger en anglais, donc…
    A : Oui, oui, oui.
    L : Je veux dire que c’est pas… c’est pas un anglais de discussion, mais c’est… c’est du vocabulaire de commerce, quoi, et d’économie.
    A : Eh oui, oui. C’est costaud (4), c’est rédigé, donc c’est pas le même style.
    L : Oui.
    A : Oui, oui. D’accord. Et la vie là-bas, alors ?
    L : Alors, la vie là-bas, elle est très festive (5)!
    A : C’est vrai ?
    L : Je veux dire il y a des fêtes tous les jours. Et comme les magasins sont ouverts tous les jours aussi, même le dimanche (6), et les supermarchés aussi (Bon, ils ferment plus tôt), donc on a… on… on distingue pas le dimanche du lundi et donc…
    A : Oui, c’est toujours vivant.
    L : Oui, c’est toujours vivant, ouais, ouais.
    A : Et il y a beaucoup d’étudiants étrangers ?
    L : Oui, ( il) y en a énormément. Je pense qu’il y a… Une bonne moitié, c’est des… Bon peut-être pas une bonne moitié, mais presque, il y a des Français, il y a beaucoup d’Asiatiques aussi.
    A : Oui, tu as rencontré des gens, toi, personnellement, voilà, enfin tu as fait des connaissances, avec des gens qui… qui viennent d’ailleurs et…
    L : Oui, ouais. Des Allemands, des Asiatiques.
    A : Oui,oui.
    L : Ouais.
    A : D’accord. Et comment vous vous déplacez là-bas ? Tu es loin de… de ton école ?
    L : Alors, de manière générale, les…les étudiants, ils ont loué une résidence près de l’école, donc ils y vont à pied. Mais nous, on est un peu plus loin, mais pas trop, trop loin non plus, donc on prend le métro.
    A : Ah, il y a un métro.
    L : Oui, y a juste deux stations donc on met cinq minutes, donc c’est pratique, surtout que notre maison, elle est juste à dix secondes à pied de la station ! Donc…
    A : Oui, on peut se lever tard et…
    L : Voilà !
    A : … le matin.
    L : On l’entend arriver, on court…
    A: Ah bon!
    L: Et voilà!
    A: Et sinon, qu’est-ce qui te… Qu’est-ce que tu aimes là-bas ? Bon la fête !
    L : Oui, voilà. Et … Et oui, puis je sais pas, les gens sont… sont accueillants, quoi. Ils sont ouverts aussi, donc…
    A : Ils sont pas trop durs à comprendre ? Parce que dans le nord de l’Angleterre quand même, il y a un accent…
    L : Oui, c’est vrai. D’ailleurs il y a un accent. En fait, on qualifie les gens de… les gens là-bas, on les appelle les « Geordies », et ce sont les gensqui viennent de Newcastle et ils ont vraiment un accent très,très, très difficile à comprendre !
    A : Ouais. Tu t’es habitué ?
    L : Oui, je m’y suis habitué, ouais. Mais c’est vrai que au début, j’allais, je sais pas, au supermarché, des fois je comprenais pas ce qu’on me disait…
    A : Ouais, on se demande si c’est de l’anglais…
    L : Ouais, voilà. Et bon, bah j’ai même un ami américain qui est là-bas, il m’a dit que lui-même, il ne comprenait pas, donc…
    A : Oui, oui, oui. C’est vraiment particulier.
    L : Et quand je suis allé à Londres après, dans le sud, je me disais « Ouais, je comprends ! » Leur anglais est très clair, quoi, parce que…
    A : D’accord.
    L : C’est vraiment…
    A : Il y avait un contraste total.
    L : Peut-être que… C’est peut-être comme si on demandait à un étranger de venir à Marseille, peut-être qu’il aurait plus de mal à comprendre un Marseillais qu’un… qu’un, je sais pas, qu’un Parisien ou je sais pas…
    A : Oui, oui . Non, mais c’est sûr , hein. Mais en Angleterre, c’est vraiment très marqué quand même. Donc… Oui, oui, c’est une difficulté, hein, pour… pour nos pauvres petits étudiants français ! C’est vrai. Ben merci beaucoup.

    Quelques explications :
    1. en gros : pour résumer, sans entrer dans les détails.
    2. un bouquin : un livre (familier)
    3. être livré à soi-même : n’avoir personne pour nous guider. Il faut se débrouiller tout seul.
    4. costaud : ici = c’est d’un niveau élevé.
    5. festive : il y a une atmosphère de fête, très gaie.
    6. les magasins sont fermés le dimanche en France, sauf les petits magasins d’alimentation, comme les bouchers, les boulangers par exemple.

    TELECHARGER: Luc deux ans plus tard – France Bienvenue

    Publicités

    Étiquettes : ,

    2 responses to “Luc, deux ans plus tard”

    1. tay says :

      Merci beaucoup pour ce site! Ça m’aide vraiment beaucoup à apprendre la langue parlé.

      Il manque le lien pour télécharger le document sonore pour cet article. Pourriez-vous le remettre?

      Merci encore une fois.

    Ecrire un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s

    %d blogueurs aiment cette page :