Repartir à zéro: l’heure du bilan

La semaine dernière, Patrick nous a tout expliqué sur sa reconversion professionnelle. Certes, il a eu la chance de ne pas se retrouver au chômage. Il n’a pas été obligé non plus de partir vivre dans une autre région pour retrouver un travail.
Malgré tout, ce changement a bouleversé pas mal de choses dans sa vie. Alors, au bout de quelques mois, voici venu le moment de faire les comptes et de peser le pour et le contre.
Bilan des avantages et des inconvénients.


  • Transcription:
    J: Julie / P: Patrick

    J: Et si aujourd’hui on fait… on fait un bilan quant à votre épanouissement professionnel, personnel et à votre quotidien. Qu’est-ce que vous nous diriez ?
    P: Difficile de répondre à cette question-là ! C’est deux choses totalement différentes. Avant, j’avais un régime de repos à 132 repos, plus les… les fêtes(1), plus les… les RQ (2), plus les repos nuit. Je tournais (3) à peu près à 160 repos dans l’année. C’est vrai que je faisais les trois-huit (4), donc j’avais pas d’horaires précis. En plus de ça, j’avais pas de roulement, donc c’était ou deux nuits, ou deux matinées, ou deux soirées.C’est vrai qu’en partant à Marseille, j’ai eu la chance de retrouver un rythme de vie régulier puisque je suis à la journée (5). Mais bon, en contrepartie, j’ai plus que 104 repos. J’ai subi aussi une perte financière parce qu’il y a plus de primes, il y a plus rien qui tombe (6).
    J: Si c’est pas trop indiscret, vous voudriez nous dire à peu près de combien elle est (7), cette perte ? Vous êtes pas obligé de répondre, hein (8)!
    P: C’est assez conséquent (9), ça tourne pas loin (10) de… de 300 à 350 €.
    J:  Ah oui ! Quand même (11) !
    P: Donc c’est vrai que ça a été… ça a été difficile, un choix difficile quand même.
    J:  D’accord
    P: Mais bon, après, c’est vrai qu’on retrouve un rythme de vie normal, on vit comme les gens normalement. C’est… ça, ça a pas de prix (12).
    J:  Et est-ce qu’à terme (13), vous… vous voudriez rester sur Marseille ou vous essayeriez de revenir à vos… vos premiers amours (14) ?
    P:  Rester sur Marseille, non. C’est pas mon objectif. Revenir à mes premiers amours, c’est pas possible. Vu la… la tournure que prend les évènements (15) du fret à la SNCF, ça va en se dégradant plutôt quand s’améliorant. Non, mais retourner sur Miramas dans le service dans lequel je suis pour… pour déjà retourner sur Miramas pour plus avoir les trajets à faire, et puis retrouver la… les copains (16) que j’ai laissés il y a trois ans en arrière. (17)
    J: Parce que là, vous nous dites que vous faite des trajets. C’est-à-dire ?
    P: Ben le matin on part… Je prends mon véhicule pour aller à Miramas, je pars à sept heures du matin. Après, je prends le train, et ça me fait arriver aux alentours de huit heures du matin à… à Marseille. Et le soir, on fait le… le trajet inverse, le train et la voiture, donc pas avant 18 heures, dans le meilleur des cas, quand les trains sont pas en retard, 18 heures.
    J: D’accord. Au minimum deux heures de trajet quotidien alors que quand vous étiez à Miramas, vous en aviez pour combien de temps ?
    P: Quarante minutes, l’aller-retour.
    J: Ah oui ! En effet !
    P:  Effectivement, y a pas photo (18) !
    J:  Ben écoutez merci, Patrick, pour votre témoignage et bonne continuation dans le futur.
    P:  Merci Julie.

    Explications :
    1. les fêtes : ce sont les jours fériés, comme Noël, le Jour de l’An, le 14 juillet, etc…
    2. les RQ: c’est un repos spécifique qu’avait Patrick en tant qu’agent de réserve à Miramas.
    3.  Je tournais : c’est une expression familière pour dire que Patrick avait 160 jours de repos par an.
    4. Les trois-huit : c’est un roulement de travail correspondant à trois jours de travail où on est de matinée, trois jours d’après midi et trois jours de nuit. Il y a trois équipes qui travaillent les unes après les autres pendant 8 heures chacune.
    5. Etre à la journée : cette expression signifie qu’on travaille le jour. Patrick, lui, travaille de 8h le matin jusqu’à 16h.
    6. Il y a plus rien qui tombe : Patrick veut dire qu’il ne gagne plus ces primes. Elles ne « tombent » plus sur son compte bancaire.
    7.  De combien elle est, cette perte? : c’est une manière orale de demander : « De combien est cette perte ? ». Comme souvent oralement, on utilise le pronom personnel (elle) avant le nom qu’il est censé remplacer (cette perte).
    8. Vous êtes pas obligé de me répondre : Julie sait qu’en général, les gens n’aiment pas dire exactement combien ils gagnent.
    9. conséquent : important.
    10. Ça tourne pas loin de 300 €: expression familière pour indiquer une somme d’argent de façon approximative, en étant légèrement en-dessous. = J’ai perdu pas loin de…, c’est-à-dire « un petit peu moins que 300 € » / « presque 300 € ».
    11. Ah! Quand même ! : exprime la surprise ici. Julie se rend compte que ce n’est pas une petite perte.
    12. Ça n’a pas de prix : cette expression signifie que rien ne peut remplacer ça. Pour Patrick, c’est vraiment fondamental.
    13. A terme : plus tard, ultérieurement.
    14. Revenir à ses premiers amours : c’est refaire ce qu’on aimait tant. (Normalement, on dit « premières amours », au féminin quand on passe au pluriel.) Ici, les premiers amours de Patrick correspondent à son poste d’agent de réserve à Miramas.
    15. Vu la tournure… = si on regarde la façon dont les choses évoluent. (Petite remarque: Patrick aurait dû dire : « Vu la tournure que prennent les événements », avec le verbe prendre au pluriel pour s’accorder avec le sujet: les événements.)
    16. Les copains :c’ est une façon familière de dire  « les amis »
    17. Ici, la tournure de la phrase est compliquée. Il faut comprendre que Patrick aimerait retourner à Miramas car il n’aurait pas autant de trajets à faire que lorsqu’il va à Marseille. De plus, cela lui permettrait de retrouver les amis qu’il y a laissés.
    18. Y’a pas photo : expression familière qui signifie qu’aucune comparaison n’est possible. Ses trajets actuels sont bien plus longs que ceux qu’il faisait avant.

    TELECHARGER: Repartir à zéro-le bilan – France Bienvenue

    Publicités

    Étiquettes :

    Ecrire un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s

    %d blogueurs aiment cette page :