Jeune électeur

Dimanche 22 avril: premier tour des élections présidentielles.
45 millions d’électeurs.
Dix candidats. Sept hommes et trois femmes.
Il n’en restera que deux le soir à 20 heures au moment de l’annonce des premiers résultats.
Pas un jour sans entendre parler de ce scrutin depuis des semaines.
Pas un jour ou presque sans sondage d’opinion.
Un nouveau quinquennat avec un président de gauche ou de droite ?

En attendant le verdict du premier tour puis celui du second tour le 6 mai, voici Enzo, ses convictions de jeune citoyen et ses questions de jeune électeur.


Transcription:
E: Enzo / A: Anne

A: Alors, bonjour Enzo.
E: Bonjour.
A: Donc dimanche, là, c’est… C’est le début des vacances pour nous (1). Mais c’est aussi un jour important.
E: Oui, en effet. Il y a le premier tour des élections présidentielles.
A: Oui. Et donc, vous allez aller voter.
E: Oui, je vais aller voter, comme tout bon citoyen doit le faire, normalement.
A: Oui, mais il paraît qu’il y a beaucoup de jeunes quand même qui s’abstiennent ou qui… qui savent vraiment pas pour qui voter.
E: Ouais, mais je pense que si les jeunes s’abstiennent beaucoup, c’est parce que ils arrivent pas à se reconnaître dans cette campagne. Il y a pas de candidats peut-être qui favorisent assez les jeunes.
A: Oui, c’est ça ? Ouais, par rapport aux thèmes, alors, c’est ça… De quoi vous aimeriez qu’ils parlent en fait par rapport à… à ce que… Parce que vous dites, on se reconnaît pas, mais…
E: Concrètement, qu’ils proposent vraiment des solutions pour les jeunes parce qu’on remarque que de plus en plus, même malgré les diplômes, on a… les jeunes, ils sont en manque de travail (2). Donc il faudrait qu’ils proposent des solutions vis-à-vis de ça.
A: Oui, oui. Et là, il y en a pas trop qui vous paraissent…
E: Pour l’instant, on entend plus par rapport aux retraites, ou… ou par rapport à la dette, surtout par rapport à la dette, à la crise qui est un gros problème actuel en France.
A: Oui, oui, oui. Et là, comment vous faites, alors ? Vous avez suivi la campagne ? Comment…? Vous avez écouté… ?
E: Moi, j’ai… Je suis la campagne. Je… J’essaie de regarder tous les soirs le journal télévisé.
A: Ah oui.
E: Parce que ils… Chaque jour, maintenant, il y a un nouveau candidat qui… qui passe. Hier soir par exemple, c’était Marine Le Pen. Et demain, je crois que c’est François Hollande. Donc au moins, ils… ils nous montrent leur programme. Et moi, ça me permet de mieux les connaître aussi.
A: Oui, oui. Donc par la télé, vous vous renseignez comme ça. Sinon, il y a d’autres moyens aussi qui vous ont… ?
E: Les journaux… et internet.
A: Vous lisez sur internet. Mais quoi, sur les sites des partis ou… ?
E: Non.
A: Les infos (3)?
E: Ouais, voilà. Sur les sites, par exemple Le Monde ou le… les grands journaux, les grands quotidiens.
A: Par exemple, vous êtes pas allé, je sais pas, à un meeting (4), une réunion ?
E: Non, j’ai su que il y avait… dimanche, il y a eu Jean-Luc Mélenchon, je crois, à Marseille.
A: Oui, c’est ça. A Marseille, oui.
E: Non, j’ai pas eu l’occasion d’y aller.
A: Et… Bon, vous avez déjà voté ? Avant ?
E: Oui, j’ai déjà voté deux fois, aux… pour les Législatives (5).
A: Donc, oui, c’est ça, vous avez un peu plus… Vous avez plus de 18 ans, donc…
E: Oui, exact.
A: Parce que vous avez des copains, là, tout ça, ça doit être la première fois qu’ils votent en fait. Et… Bah vous avez changé d’opinion par rapport à la dernière fois où vous avez voté ou…?
E: Bah, je pense que pour les législatives et les présidentielles, c’est vraiment pas forcément les mêmes opinions parce que c’est pas la même envergure… enfin, moi, personnellement, parce que pour les législatives, ça serait plus au niveau de notre commune, département qu’il faut faire quelque chose, alors que pour les présidentielles, ce sera grand… enfin, c’est pour la France. Donc je pense que les gens, ils ont pas forcément la même opinion pour les législatives et pour les présidentielles. Donc moi, mon choix, non, il est pas encore vraiment arrêté encore, pour l’instant.
A: C’est vrai ? Là, vous avez pas encore tout à fait décidé ?
E: Non. D’abord il y a… Parce que en fait, j’ai découvert il y a pas longtemps qu’il y avait un nouveau candidat, que je connaissais pas du tout.
A: Oui, en tout, il y en a dix. Alors, oui.
E: Parce qu’on parle… La télé, les médias, ils nous bourrent le crâne (6) surtout avec Marine… Marine Le Pen, François Hollande, Nicolas Sarkozy, François Bayrou. Et je trouve que les petits, ils sont peut-être pas assez valorisés par rapport à eux. On parle pas…
A: C’est ce qu’ils disent en tout cas. Enfin maintenant, normalement, ils ont le même temps de parole, là, jusqu’à la… jusqu’à l’élection.
E: Le Conseil de l’Audiovisuel, oui.
A: Mais c’est vrai qu’avant, avant ces… enfin la semaine, là, maintenant, quoi, c’était… oui, finalement, c’était à ceux qui avaient peut-être le plus de moyens…
E: Voilà, c’est ça.
A: … ou qui étaient le plus médiatisés.
E: Même j’ai… Il y a pas longtemps, j’ai reçu les… tous les… les tracts (7) des candidats avec leur programme détaillé.
A: Ouais, les professions de foi (8), là, c’est ça. Vous avez eu (9), vous, déjà ?
E: Ouais. ET…
A: Ah bon ! Moi pas encore !
E: Parce que j’habite à Pélissanne, c’est peut-être pour ça.
A: Bah ouais, nous, ça a pas encore été distribué à Marseille !
E: Et donc j’ai vu qu’il y avait Philippe Poutou et il y en a un candidat, je me souviens plus. Enfin, c’était les seuls qui avaient imprimé sur du papier journal, alors que les autres, ils avaient tous fait sur du papier glacé (10), tout propre et tout. Donc déjà, on… on voit la différence rien qu’à ce niveau-là, quoi.
A: Donc vous allez éplucher (11) tout ça et puis bien regarder et…
E: Voilà, pour arrêter mon choix et essayer de faire le meilleur choix possible.
A: Et par exemple, bon, vous votez d’une certaine façon, mais est-ce que vous êtes influencé, je sais pas, moi, par votre famille, ou… ?
E: Je pense, quelque part (12).
A: Oui, quand même. On n’échappe pas tout à fait à sa famille.
E: Il y a toujours une influence des… des parents, surtout quand on est jeune et qu’on commence à peine à (13) s’intéresser à la politique. On demande souvent l’avis de nos parents, qu’est-ce qu’ils en pensent ou qu’est-ce qu’ils feraient, et forcément, le… l’avis des parents… enfin pour moi, personnellement, ils influent quand même un peu sur mes choix.
A: Oui, oui, oui. Et là, donc, vous allez voter au premier tour.
E: Oui.
A: Vous allez voter au deuxième (14) ?
E: Oui, aussi.
A: Parce qu’il y a des gens qui votent pas au deuxième tour. Ils le savent, d’avance.
E: Non, moi je…
A: Parce qu’ils se disent: « Je suis sûr que mon candidat, il sera pas au deuxième tour, donc… »
E: Moi, je pense que c’est important de voter même aux deux tours, même si on vote blanc (15), il faut quand même y aller. C’est important de… de montrer qu’on a été présent au moins au vote électoral, parce que ça représente quand même… c’est pour la France et c’est important.
A: Alors, comment vous allez suivre les résultats, par exemple ? Vous allez les suivre, le soir même, enfin, en direct ?
E: Oui, oui. Peut-être pas en direct parce que je sais pas si j’aurai la télé là où je serai.
A: Ah oui.
E: Mais je vais me renseigner, je vais me tenir au courant, ça c’est sûr parce que c’est… c’est vraiment important, hein.
A: Oui, oui, vous voulez savoir rapidement ce que ça donne (16).
E: Ah oui !
A: Vous avez entendu un peu, là, la polémique, là, sur le fait que, bon, si… ça peut passer sur internet dès 18 heures ?
E: Non, j’ai pas entendu ça.
A: Parce que normalement, les résultats, c’est pas avant 20 heures, les premières estimations, parce que les bureaux dans les grandes villes ferment à ce moment-là. Mais à 18 heures, c’est fermé déjà dans les petits bureaux, donc ils ont déjà commencé à dépouiller (17) et tout.
E: Les estimations.
A: Ouais. Et en France, donc c’est interdit de donner… enfin quelque renseignement que ce soit à ce moment-là. Mais par exemple, en Belgique ou autre, ils peuvent déjà faire passer l’information et comme il y a internet maintenant, il y a des gens qui disent: « Oui, mais ça va influencer les Français qui n’ont pas encore voté à 18 heures, etc… »
E: Je pense pas, parce que après, ceux qui ont pas encore voté, c’est pas forcément ceux qui ont pas leurs idées encore arrêtées. C’est peut-être qu’ils ont pas eu le temps d’aller voter dans la journée ou que…
A: Oui, c’est ça, ouais.
E: Comme c’est un dimanche (18) aussi, que c’est le début des vacances, peut-être qu’ils… si…
A: Oui, ça tombe pas très bien (19), hein.
E: Voilà, ils ont des sorties avec les enfants ou quoi, donc… Enfin je pense pas forcément que ça peut influencer le vote des gens.
A: Oui, oui. Moi non plus mais bon, c’est… Apparemment, ils en parlent, en disant que c’est un peu un problème, etc… que ça pourrait influencer, dans un sens ou dans l’autre. Et vous donc, en tant que jeune, quoi, c’est beaucoup les problèmes d’emploi, tout ça, qui vous intéressent.
E: Oui, c’est surtout ça, ça me fait peur. C’est surtout ça qui fait peur parce que c’est… On se pose de plus en plus de questions, nous les jeunes: est-ce que… Jusqu’à quel âge on va travailler, est-ce qu’on aura… Est-ce que on va avoir la po[…] la possibilité de travailler aussi, assez rapidement après avoir eu notre diplôme.
A: Il faut qu’ils répondent à tout ça, les…
E: Faut espérer !
A: … les candidats.
E: Oui, c’est ça.
A: D’accord. Bah, je vous remercie. Votez bien ! Et puis, bah, on suivra les résultats. Merci beaucoup.
E: De rien.

Des explications:
1. les vacances pour nous: il y a trois zones différentes pour les vacances de printemps. Donc toute la France n’est pas en vacances en même temps. Il y a un décalage d’une ou deux semaines, selon l’endroit où on habite.
2. ils sont en manque de travail: ce n’est pas parfait comme expression ici. On pourrait dire par exemple: il manque des emplois pour les jeunes.
3. les infos: abréviation de informations.
4. un meeting: ce mot anglais désigne pour nous une réunion politique organisée par un parti.
5. les Législatives: ce sont les élections qui permettent de choisir les députés qui siègent à l’Assemblée Nationale. Elles ont lieu tous les 5 ans.
6. bourrer le crâne de quelqu’un: parler presque exclusivement d’un même sujet en adoptant un point de vue pas très objectif. On parle dans ce cas de bourrage de crâne.  On dit que c’est du bourrage de crâne.
7. un tract: une feuille que les partis politiques distribuent dans la rue notamment, pour faire campagne sur leurs idées.
8. une profession de foi: c’est le document officiel de chaque candidat distribué à tous les électeurs dans leur boîte aux lettres un peu avant l’élection. On reçoit toutes les professions de foi en même temps dans une même enveloppe pour respecter l’égalité entre tous les candidats.
9. vous avez eu, vous, déjà ? : ce n’est pas très correct comme phrase ! Il faudrait dire par exemple: Vous avez eu ça, vous, déjà ? / Vous les avez eues, vous, déjà ?
10. du papier glacé: un papier de haute qualité, brillant, et donc plus cher que des papiers plus ordinaires.
11. éplucher un document: le lire et l’étudier en détail.
12. quelque part = d’une certaine façon.
13. commencer à peine à faire quelque chose: être vraiment juste au début, à peine au début de cette activité.
14. le deuxième tour (ou second tour): il  a lieu deux semaines après le premier tour. Il ne restera que les deux candidats qui auront obtenu le plus de voix au premier tour.
15. voter blanc: c’est ne voter pour aucun des candidats mais déposer quand même son enveloppe dans l’urne. Mais ces votes blancs ne sont pas comptabilisés.
16. savoir ce que ça donne: savoir quel est le résultat.
17. dépouiller: sortir les bulletins de vote des enveloppes et compter les voix obtenues par chaque candidat. On parle donc du dépouillement, qui est effectué par les citoyens qui le souhaitent, de façon très réglementée.
18. c’est un dimanche: toutes les élections ont lieu le dimanche en France. Dans les DOM-TOM, c’est un jour plus tôt mais leurs résultats ne sont annoncés qu’en même temps que tous les autres résultats de la métropole.
19. ça ne tombe pas très bien: ce n’est pas une très bonne date. Cette année, selon les zones de vacances, c’est au début, au milieu ou à la fin des vacances de printemps. Donc certains électeurs ont donné procuration à des proches pour voter à leur place.

Comment cela se passe-t-il dans votre pays ?
– Quel jour de la semaine vote-t-on chez vous ? En France, c’est le dimanche pour que les gens soient disponibles (sauf dans les départements et territoires d’outre-mer, qui votent dès le samedi).
– Avez-vous à choisir parmi autant de candidats ?
– En France, il y a une plus forte abstention chez les jeunes – les 18-25 ans – aujourd’hui. Est-ce le cas chez vous ?
– Vos convictions politiques sont-elles les mêmes depuis toujours ?

– Y a-t-il des opinions politiques opposées dans votre famille ?

TELECHARGER: Jeune électeur – France Bienvenue

Advertisements

Étiquettes :

8 responses to “Jeune électeur”

  1. Fredrik Pettersson says :

    Je ne suis pas expert en nos élections en Suède – j’ai même dû regarder si on avait un jour fixe pour ça et apparemment c’est toujours le deuxième dimanche en septembre – mais bon, ici tu votes soit seulement pour une partie soit tu coches même laquelle que tu veux pour Premier ministre du parti. Tous les 4 ans. Et pareil qu’en France tu dois choisir une personne ou parti pour le parlement, la commune et aussi le conseil régional.

    En 1962 la Suède avait une participation électorale de 85,1 % de la population et c’est notre record. De nos jours c’est plutôt vers 75-80 % en 2010 c’était 84,6 % mais en 2006 c’était 81,9 %. Ils disent que les jeunes ne votent pas ici non plus me je ne trouve pas de quantités sur internet. Tout ce que je sais c’est qu’en 2006 les partis de droite faisaient un effort pour attirer les jeunes et du coup ils ont gagné grandement et pareil en 2010.

    Je pense que c’est assez courant dans mon pays aussi que certains ne savent pas comment voter et en conséquence ils votent comme leur parents. Zinzin à mon avis ! On devrait pouvoir mettre 10 minutes de sa vie pour se faire un avis. Personnellement je ne vote pas pareil que mes parents.

    • France Bienvenue says :

      Tu as raison, il faut se faire son opinion, tout en étant influencé par le milieu dans lequel on vit. Ce que je pense, c’est que parfois, il y a des gens qui ne savent pas décrypter les idées qui sont affichées par les candidats. Il y a quand même une histoire derrière, des valeurs particulières et ça demande de comprendre l’Histoire. Ce que je ne comprends pas, ce sont les gens qui choisissent un candidat juste pour casser les pieds, sans réelles convictions et sont capables ensuite de voter tout autre chose. C’est très irrationnel et ça me gêne beaucoup.
      Je ne sais pas ce qu’en pense l’équipe de France Bienvenue et s’ils ont voté ou pas. (Ils sont en stage actuellement)
      Aurélie, Eve, Paul, Michaël, Loïc et Franck, si vous avez envie de commenter…
      Anne

  2. delaRussie says :

    Bonjour à tous !
    Est-ce qu’il ne faut pas utiliser le subjonctif là ?
    Enfin je pense pas forcément que ça peut influencer le vote des gens.
    Pardon, si je dis n’importe quoi.

    • Anne says :

      Bonjour, Question intéressante ! Ce n’est pas n’importe quoi du tout.

      C’est vrai, la règle de base veut qu’on mette le subjonctif après penser quand il est interrogatif ou négatif:
      Je ne pense pas que ça puisse influencer les gens. / Penses-tu que ça puisse influencer le vote des gens ?

      Mais ça, c’est en principe! Après, il y a ce qui est accepté aussi. Je pense que comme on met aussi l’indicatif après le verbe penser, ce n’est pas choquant pour nous de l’utiliser aussi dans ce genre de phrase.

      Indicatif obligatoire:
      Je pense que ça peut les influencer.
      Je pense / Je ne pense pas que ça pourra
      (verbe au futur) les influencer.
      Je ne pense pas que ça va les influencer. (va est un présent, qui exprime une idée de futur)

      Donc honnêtement, on dit souvent aussi: Je ne pense pas que ça peut les influencer. (même si c’est vrai que « puisse » est hyper correct.)
      Les puristes diront que non, c’est certain. Donc c’est plus sûr d’utiliser le subjonctif quand vous êtes étranger et que vous allez en cours ou que vous passez des examens de français. Mais personnellement, si quelqu’un utilise l’indicatif ici, je ne considérerai pas / plus ça comme une faute. (C’est sans doute le résultat d’une évolution de la langue)

      Et à la forme interrogative, l’indicatif est vraiment possible: Penses-tu que ça peut les influencer ?
      Il y a une nuance:
      Avec puisse, on pose vraiment la question, on a un doute sur le fait d’influencer ou pas. (= emploi habituel du subjonctif). La question porte sur l’influence.
      Avec peut, on déplace la question: ça peut influencer les gens. (C’est sûr, indiscutable, c’est un fait). Mais qu’en penses-tu ?
      La question porte vraiment sur l’opinion de la personne à qui on la pose.

      Peut-être d’autres Français qui suivent ce blog peuvent-ils donner leur opinion sur cette question. (Probablement pas des profs étrangers parce qu’à mon avis, ils ont appris la forme hyper correcte.)

      • Fredrik Pettersson says :

        Clair pour certains peut-être 😥

      • France Bienvenue says :

        Aïe, aïe, aïe ! Frédrik, je sens la critique ! 🙂
        En conclusion, ce n’est pas très grave puisqu’on peut dire les deux, dans l’exemple donné par Andrey ! (avec une préférence quand même pour le subjonctif)

      • delaRussie says :

        Anne, merci beaucoup de la réponse et surtout de votre explication à propos de ‘la nuance’. J’ai déjà senti qu’il y avait là une petite différence mais je ne pouvais pas en être sûr.
        Quant à ma question j’ai cru qu’on aurait pu écrire un petit éclaircissement au-dessous de l’interview, (je me rends compte que le langage parlé n’est pas toujours ‘très solide’) mais quand même son absence m’a rendu confus.
        Merci encore une fois, maintenant tout est clair.

  3. delaRussie says :

    Et quelques mots au sujet. Chez nous (en Russie) on vote aussi le dimanche. Mais ça ne sert à rien: les Russes préfèrent de se plaindre chez eux, accuser des politiques de tous les péchés mais ne pas aller aux urnes.
    Quand on a 18-20 ans et on vote pour la première fois, on va aux élections (quelque chose de nouveau !) mais dans plusieurs années tout l’enthousiasme disparaît.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :