Danser, encore et toujours

Chez Sarah, la danse est une affaire de famille ! Quand c’est comme ça, on commence très jeune et on essaie tout, surtout quand on a la chance d’habiter dans une ville qui aime la danse, toutes les danses.
Sarah nous parle aujourd’hui de cette exploration qu’elle a commencée toute petite, de ses goûts, bien affirmés et de ses envies qui se réaliseront sans doute un jour.


Transcription:
S: Sarah / A: Anne

A: Bonjour Sarah.
S: Bonjour.
A: Alors vous êtes donc étudiante à l’IUT et bah, c’est… c’était nouveau pour vous. Vous êtes de Marseille ?
S: Non, je ne suis pas de Marseille. Je… je viens d’Istres, donc à 40 minutes d’ici.
A: Oui. Vous venez en voiture ?
S: Oui, c’est mes parents qui m’amènent le weekend et j’ai pris un logement à… à Marseille dans le cadre de mes études. Voilà.
A: Ah oui. D’accord. Donc la semaine, vous êtes tout près de l’IUT et…
S: Oui, à 5 minutes.
A: … pas de transports.
S: Voilà.
A: D’accord. Mais souvent, quand les étudiants, comme ça, disons, s’installent ailleurs pour les études, ils sont obligés d’arrêter un peu leur vie d’avant et il y a des choses qui changent. Alors pour vous, ça s’est…
S: Bah oui, personnellement, je suis assez sportive. Et depuis toujours, je… j’en ai… J’ai fait du sport. Et puisque j’ai quitté ma ville, j’ai dû arrêter… J’ai dû arrêter la danse.
A: Ah !
S: Et voilà. Je … je…
A: Vous avez rien trouvé ici à Marseille où vous pouviez éventuellement vous inscrire ?
S: Bah, c’est-à-dire…
A: … avec la fac (1), par exemple ?
S: Je… je fais du sport avec… avec l’IUT. Je fais du badminton. Mais sinon, ce que j’aurais voulu faire, c’est de la danse.
A: Oui, oui.
S: Et la danse ici, avec l’IUT, j’ai… j’aimais pas ce qu’ils proposaient.
A: Ah bon ! C’est vrai ? Vous êtes allée voir et il y avait quelque chose.
S: Oui, oui.
A: Et alors pourquoi ça vous plaisait pas ? C’est le style de danse ou…
S: Oui, c’était… Je… je n’aime pas la salsa. Et ils proposent de la salsa. Voilà.
A: Ah ! C’était que ça toute l’année ? Ou des danses de salon, ou…
S: Oui. Voilà. C’est… Je… je n’aime pas.
A: Alors, parce que qu’est-ce que… qu’est-ce que c’est que vous faites, vous ?
S: Bah…
A: Que vous faisiez.
S: J’ai un peu tout pratiqué. J’ai commencé à… lorsque j’avais deux ans.
A: Deux ans ?
S: Oui.
A: On peut danser à deux ans, donc ?
S: Oui. Oui, c’est… J’ai… j’ai commencé par… A huit ans… Au début, c’est le jardin dansant. On nous apprend un peu… un peu ce que c’est le… le rythme. Voilà. Et à huit ans, je me suis spécialisée. J’ai pris la danse classique.
A: Ah oui ! Avec un chignon et tout ?
S: Oui, oui. Avec le tutu. Et j’ai enchaîné (2) par le modern jazz, puis la danse africaine, le contemporain. Ce qui me plaît le plus, c’est le modern jazz. Et voilà. Ensuite, j’ai dû arrêter… J’ai dû arrêter pour venir ici à Marseille. Et je… je n’ai pas trouvé d’école de danse.
A: Qui vous convenait bien et… Donc ça doit être un regret, ça, quand même.
S: Oui, quelque part (3). Mais c’est vrai que ça me manque mais j’aurais pu peut-être le vendredi soir, lorsque je rentrais chez moi, continuer la danse. Mais en réalité, j’ai été un peu déçue parce que je… J’ai fait une audition pour entrer dans un groupe de danse…
A: Ah oui ?
S: … qui demandait un haut niveau. Et je pensais l’avoir et j’ai été recalée (4). Donc déjà, ça m’avait refroidie (5). J’avais envie d’arrêter et de continuer alors le fitness, car je fais également du fitness. Et voilà. Donc je suis pas tellement déçue mais voilà… Je…
A: Oui, oui, vous avez exploré plein de choses…
S: Voilà.
A: … et après, vous prenez une route un peu différente et… et tout ça. Et… Mais du coup, ça… vous… vous en faisiez beaucoup alors, parce que… Non ?
S: Oui.
A: Avec toutes… enfin… C’était en même temps ou pas ? Vous avez fait plusieurs types de danses en même temps ou… ?
S: Oui, bah la dernière année, donc il y a… Bah c’était l’an dernier, j’ai fait… Je faisais trois heures de danse par semaine: je faisais du modern jazz, du contemporain et du classique.
A: Au même endroit, ou… ?
S: Oui, à la Maison de la Danse, juste à côté de chez moi.
A: D’accord. C’est bien… Il y a quelque chose de bien à Istres.
S: Ah oui ! Ah oui, c’est super, oui !
A: Eh oui, après, c’est dur, hein, de retrouver quelque chose d’équivalent. Souvent, hein, on est un peu…
S: Exactement.
A: … on est difficile (6), hein, quand on a quelque chose de bien chez soi !
S: C’est sûr, oui.
A: Et alors, le fitness ?
S: Oui, le fitness. Ben… ma mère est prof de fitness.
A: Ah bon ?
S: Oui, elle fait de la zumba. D’ailleurs, c’est super connu (7) aux Etats-Unis.
A: Oui ?
S: Je sais pas si vous connaissez.
A: Non. Je connais pas.
S: Vous connaissez pas ?
A: Non.
S: Bah c’est super parce que c’est un peu un mélange de danse et de fitness à la fois. Donc moi, ça me convient parfaitement.
A: Ah oui, il y a la musique, tout, le rythme et puis, il y a des enchaînements (8), non ? Des choses…
S: C’est ça.
A: Oui, oui. D’accord. Et alors, elle fait ça, mais elle a quoi ? Elle a une salle à elle ou… ?
S: Non, elle travaille dans plusieurs associations.
A: Oui ?
S: Oui, notamment à Istres, là où j’habite, et dans les villes à côté. Et en fait, j’aimerais bien passer ce diplôme aussi.
A: Ah oui.
S: Pour pouvoir enseigner la zumba également.
A: D’accord. Bon, bah c’est bien, ça, alors. Ouais, vous avez besoin de bouger !
S: Oui.
A: D’accord. Bah je vous remercie et puis…
S: De rien.
A: … Bah, dansez bien !
S: Merci.

Des explications:
1. la fac: abréviation de la faculté, qui est synonyme de université. C’est le mot qu’on emploie dans la vie courante: Je suis à la fac. Je vais à la fac. Je suis en fac de Droit.
2. j’ai enchaîné par le modern jazz: j’ai continué avec le modern jazz, sans interruption entre les deux.
3. quelque part: d’une certaine façon.
4. être recalé: ne pas être pris / être refusé à un examen. On dit par exemple qu’on a été recalé au permis de conduire / qu’on s’est fait recaler.
5. ça m’avait refroidie: ça avait diminué ma motivation, mon enthousiasme.
6. être difficile: quand quelqu’un est difficile, c’est difficile de le satisfaire. Cette personne est exigeante. Elle n’est pas prête à accepter n’importe quoi.
7. super connu: très connu. (familier)
8. un enchaînement: cela signifie qu’on fait plusieurs mouvements les uns après les autres, sans s’arrêter. On les enchaîne.

TELECHARGER: Sarah et la danse – France Bienvenue

Danser est un vrai travail. Pour découvrir l’atmosphère d’une répétition avec de grands danseurs, allez sur France Bienvenue2.

Advertisements

Étiquettes :

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :