Déjeuner sur le pouce

On voit de plus en plus d’étudiants français apporter leur déjeuner pour manger sur place, sans avoir à aller au resto U ou ailleurs. Les boîtes pour transporter ces repas sur le pouce sont même devenues à la mode, joliment décorées ! Ce n’était pas du tout le cas il y a encore deux ou trois ans. Qui aurait pensé à transporter son repas individuel comme ça, dans un pays où dès l’école maternelle, les enfants prennent leur repas de midi en commun à la cantine ou la cafétéria de leur école ?
Cécile, Mélissa et Mohktaria, toutes trois étudiantes en troisième année à l’IUT, expliquent ce qui les pousse à s’organiser de cette manière.

Transcription :
M: Melissa / C : Cécile / Mo : Mokhtaria / A : Anne

A : Alors, bonjour à toutes les trois, et c’est l’heure du déjeuner. Et… Bah vous n’êtes pas au restaurant, là. Vous êtes dans une salle de cours, en train de manger. Alors, peut-être Cécile pourrait nous dire ce qu’elle a mangé ?
C : Alors, j’ai mangé des patates (1) récupérées de hier soir (2).
A : Oui ?
C : Que ma mère avait préparées.
A : Ah, d’accord, donc dans un petit récipient, là, vous apportez ça.
C : Voilà. Qu’on fait réchauffer.
A : Des patates froides ?
C : Non, on fait réchauffer au micro-ondes, en salle 214.
A : D’accord. Et donc, vous avez pris ça de… des restes d’hier soir.
C : Voilà.
A : Alors, Mélissa ?
M : Moi j’ai mangé du riz, et pareil, c’était les restes de… de hier.
A : D’accord. Et Mokhtaria alors, c’est des restes aussi ?
Mo : Ah non, pas du tout ! C’est ma mère qui me fait… prépare à manger, tous les matins.
A : Wow, quelle chance ! Elle a de la chance !
Mo : Elle m’a préparé un… du riz, un petit jus d’orange.
A : Comme quand vous étiez petite ? Non, vous alliez à la cantine quand vous étiez petite, peut-être ?
Mo : Non.
A : Vous rentriez à la maison ?
Mo : Je rentrais à a maison et elle faisait à manger. Et comme là, elle veut pas que je dépense d’argent, eh bah…
A : Oui, parce que c’est ça ma question, c’est pourquoi est-ce que vous mangez là plutôt que d’aller autour (3), là, il y a des petits… Je sais pas…
M : Bah c’est quand même moins cher. On économise et puis c’est pratique . On est directement dans l’établissement (4), il y a plus qu’à faire chauffer et donc…
A : Oui, oui. Encore il faut (5) avoir un micro-ondes, quand même.
M : Voilà.
Mo : C’est plus sain aussi.
A : Oui, pourquoi ? Qu’est-ce que… Vous êtes allée manger, je sais pas, au resto U (6) ou des trucs (7) comme ça, autour ?
Mo : Oui. Mais c’est un peu du surgelé…
A : Oui. Alors que là, maman a cuisiné !
Mo : Oui, très bien !
A : On va s’inviter ! Bon et là, qui est-ce qui avait cuisiné ? C’était les mamans aussi, hier soir ?
C : Oui, pareil. Oui.
M : Oui.
A : Et alors, c’était des bons restes (8) ?
C : Ah bah oui, forcément !
A : Mais ça veut dire qu’elles anticipent… enfin, elle se disent « Il faut qu’il en reste une portion pour le lendemain matin ? »
M : Moi en général, je demande à ce qu’elle fasse un peu plus, pour qu’il me reste pour le lendemain.
A : D’accord. Faut être prévoyant.
M : Voilà.
A : C’est ça qui est embêtant (9), quoi, quand même, c’est qu’il faut… il faut prévoir.
M : Oui.
A:Faut être organisé.
M : Mais on économise, donc c’est bien aussi.
A : Oui, parce que… je sais pas… vous avez essayé, là , dans le coin (10), quelque chose ? Vous avez une idée (11) des prix ?
M : A la cafétéria, oui.
A : Oui ?
M : C’était un sandwich et une boisson, et j’avais pris un… un petit dessert, un petit biscuit et j’en ai eu pour 5€ (12) mais le sandwich, je l’ai pas trop aimé donc… c’est vrai que j’ai plus gaspillé.
A : Oui, oui, oui.
M : Alors que là, au moins, je suis sûre de pas jeter (13).
A : Oui, oui, d’accord.
M : C’est ça qui est bien.
A : Et en dessert alors, il y avait quoi ?
C : Alors, j’avais une compote et une petite barre de chocolat pour le réconfort !
M : Moi, une pomme.
A : Bon, c’est plus sobre.
Mo : Et un yaourt.
A : Et Mokhtaria ? Ah, il y avait pas un bon petit dessert fait par maman ?
Mo : Non, c’est bon !
A : Et personne… Je sais pas… Est-ce que vous avez mangé au resto U déjà, par exemple en tant qu’étudiantes ?
M : Non.
C : Moi, une fois, oui.
A : Et alors ? Bilan (14) ?
C : Bah, franchement, c’est bon. Moi je trouve ça bon.
A : Oui ?
C : Mais trop d’attente. Trop d’attente, le temps pour accéder au…
A : Ah, c’est ça !
C : Trop de monde.
A : Il faut faire la queue et…
C : Voilà.
A :… on n’a pas le temps.
C : Voilà, oui.
Mo : Non, on a généralement une heure, une heure et demie pour manger.
A : Oui.
Mo : Donc pour descendre (15), il nous faut un petit quart d’heure (16).
A : Oui, c’est ça, c’est pas juste à côté.
Mo : Faut attendre encore au moins un quart d’heure dans la… le resto U.
A : Faut faire la queue.
Mo : Et voilà.
C : Des fois, on attend pour pouvoir s’asseoir parce que c’est pas toujours évident (17).
A : Oui ? Quand c’est plein, archi-plein (18).
C : Voilà. Parce que bon, généralement, les gens, quand ils ont fini de manger, ils sont au chaud (19), donc ils aiment bien papoter (20) au chaud.
A : Oui, oui !
C : Ils partent pas !
A : Ils traînent (21) un peu.
C : Voilà.
A : Alors que là, finalement, vous êtes toutes les trois tranquilles et c’est assez sympathique. Bah écoutez, bonne fin de pomme (22) !
M : Merci !
A : Et puis bon après-midi alors !
M,Mo,C : Merci !
A : Merci beaucoup.

Des explications :
1. des patates : des pommes de terre. (plus familier)
2. récupérées de hier soir : c’est-à-dire des restes du dîner de la veille.
3. Autour = autour de l’IUT, dans les alentours de l’IUT.
4. L’établissement = l’école, donc ici, il s’agit de l’IUT.
5. Encore il faut… : Normalement, on dit : Encore faut-il avoir… = à condition d’avoir…
6. le resto U : c’est l’abréviation de restaurant universitaire. Tous les étudiants peuvent y aller et faire un repas complet pour environ 3€.
7. Des trucs comme ça : des choses comme ça. (familier) Mais ici, c’est pour parler des endroits où on peut manger le midi près de l’université.
8. Les restes : dans le domaine de la cuisine, c’est ce qui reste d’un repas et qu’on sert à nouveau lors d’un autre repas.
9. Embêtant : ennuyeux. C’est plus courant que ennuyeux.
10. Dans le coin : pas loin d’ici, dans les environs (familier, oral)
11. avoir une idée de quelque chose : savoir à peu près. Par exemple : Tu as une idée du temps qu’il faut pour aller à la gare d’ici ?
12. J’en ai eu pour 5€ : c’est la façon plus courante de dire : ça m’a coûté 5€. Al’oral, on pose souvent la question avec cette expression : Tu en as eu pour combien ? / Est-ce que tu sais pour combien on va en avoir ?
13. Je suis sûre de pas jeter : il manque « ne » parce que c’est de l’oral : Je suis sûre de ne pas jeter.
14. Bilan ? = Quelles sont tes conclusions ?
15. Pour descendre : le resto U est un peu plus loin et la rue qui y va descend un peu.
16. Un petit quart d’heure : un quart d’heure, c’est un quart d’heure ! Mais quand on dit « un petit quart d’heure », c’est un peu moins qu’un quart d’heure. Cela signifie qu’un quart d’heure, c’est le grand maximum. Le contraire, c’est : un gros quart d’heure / un bon quart d’heure, c’est-à-dire qu’il faut un quart d’heure minimum, pas moins.
17. C’est pas évident = ce n’est pas évident (de trouver une place, une table libre).
18. Archi-plein : totalement rempli. (familier)
19. Au chaud : à l’intérieur, à l’abri du froid.
20. Papoter : bavarder de choses et d’autres.
21. Traîner : prendre son temps, ne pas se dépêcher.
22. Cela s’adresse à Mélissa qui avait arrêté de manger sa pomme pour répondre aux questions.

* manger sur le pouce: cette expression signifie qu’on fait un repas rapide, dans des conditions plus sommaires qu’un vrai repas complet.

Et chez vous ?
– Mangez-vous le midi dans une cantine, un resto U, à la cafétéria de votre entreprise, au restaurant ?
– Est-ce la tradition de s’emporter à manger de la maison ? Pourquoi ? Et où mangez-vous dans ce cas ? Au bureau ?
– En France, beaucoup d’enfants mangent à la cantine dès leur plus jeune âge. Ce ne sont pas les familles qui préparent le repas de leurs enfants (sauf en cas d’allergie grave). Est-ce le cas chez vous ?

TELECHARGER: Déjeuner sur le pouce – France Bienvenue

Publicités

Étiquettes : , ,

6 responses to “Déjeuner sur le pouce”

  1. Gabrielle says :

    Très bien, très naturelle, cette discussion : bravo ! Vive France bienvenue !

  2. Mustapha says :

    Bonjour, Merci Anne pour la video et la transcription, je remercie également votre équipe, moi généralement, et vu mon travail en plein temps (8 heures par jour) je n’aurais pas assez de temps pour cuire à la maison, ce qui fait que je serais oubligé d’aller en cantine pour y manger ou bien y emporter un sandwich et parfois de dessert.

    D’ailleurs, Je voudrais juste vous poser qqs questions sur des mots dans votre transcription:

    1- j’aimerais savoir la différence entre chauffer et réchauffer
    2-vous avez dit  » faut faire la queue », est ce pareil si on disait par exemple « faut faire le rang »?

    NB: j’aimerais bien que vous me corrigiez si je faisais des erreurs grammaticales, d’orthographe ou autres, je suis là pour apprendre.

    Merci,

    • Anne says :

      Bonjour Mustapha,
      Merci pour votre message. Il y a beaucoup de gens comme vous effectivement qui n’ont pas le temps de rentrer déjeuner à la maison dans la semaine.

      Réponse un peu tardive à vos questions sur le vocabulaire mais la voici !
      – On ne dit pas faire le rang. Ce qui existe avec le mot rang, c’est l’expression se mettre en rang, mais uniquement pour parler des enfants à l’école par exemple qui doivent se mettre en rang à la fin de la récréation pour aller rejoindre leur classe avec leur professeur. Une fois qu’ils se sont mis en rang, on dit qu’ils sont en rang dans la cour par exemple.
      Quand on attend quelque part, on fait la queue (au cinéma, au guichet à la gare, etc…). Il n’y a pas d’autre expression pour cette situation.

      – chauffer / réchauffer: on peut dire qu’on va faire chauffer un aliment, un plat, de l’eau, la soupe. (avec faire, pas juste chauffer). C’est différent de faire cuire, qui suppose que l’aliment est cru au début et a besoin d’être transformé par la cuisson pour qu’on le mange. Faire chauffer, c’est juste mettre à la bonne température.

      Réchauffer s’emploie pour un aliment (ou un liquide) qu’on a déjà fait cuire ou qu’on a déjà servi chaud avant et qui a refroidi. On dit qu’on fait réchauffer des restes par exemple. Ou encore: J’ai préparé un ragoût / une ratatouille hier. Il n’y a plus qu’à le / la faire réchauffer.

      J’espère que mes explications sont à peu près claires ! N’hésitez pas si ce n’est pas le cas !
      Anne

      • mustapha says :

        Bonjour Anne,
        Merci pour votre réponse qui était très claire, et très utile.

  3. samira says :

    samira
    bonjour anne;
    merci d’abor pour la vidéo et pour votre équipe
    moi tout est clair mon déjeuner je le prit chez moi et ma mère qui a préparée parce que je travail que le matin ca veut dire un 4heure pas plus donc je n avait aucun problème avec mon petit repas mais je ne mange pas tros a cause d un régime pour ne pas grossir
    merci beaucoup bon chance

  4. Erica İncir Ağacı says :

    Merci pour votre blog, c’est fantastique! Je cherchais des écoutes avec des transcriptions en Français sur Google et je suis tombée sur le tien. C’est le meiulleur resource que j’ai trouvé jusqu’ici pour practiquer l’écoute. Je le trouve très util!!! Féliciations!

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :