Le monde vu du ciel

Romain aime se déplacer: en voiture, en train, en bateau, en avion. Mais il y a quelques semaines, dans le cadre de sa formation de météorologue, il a eu l’occasion de faire un tout petit voyage un peu différent: beaucoup plus court et juste pour le plaisir de redécouvrir sa région sous un autre angle. Parés au décollage ?

Transcription:
R : Romain / A : Anne

A : Romain, alors, tu as déjà… Bon, tu as déjà pris l’avion. Mais là (1), tu as pris un avion un peu différent, quand même !
R : Oui, on a fait un… un petit tour en avion de tourisme.
A : Oui ? C’est-à-dire, c’est quoi ? C’est… Il y a combien de personnes là-dedans ?
R : Bah, on pouvait monter à quatre, maximum.
A : Quatre ? Plus (2) le pilote ou… ?
R : Non, trois, trois personnes plus le pilote.
A : D’accord. Et alors donc, vous étiez trois passagers et… vous êtes allés où, alors ?
R : Donc on a décoré (3)… décollé de l’aéroport de… de Muret. C’est…
A : Oui ? C’est où, ça ?
R : C’est à côté de Toulouse. Et on est allés jusqu’au pied (4) des Pyrénées. Donc ça faisait (5) une bonne petite distance.
A : Combien de temps il faut pour… ?
R : Donc le vol aller-retour a duré 40 – 45 minutes…
A : Ah oui !
R : A peu près.
A : Oui. Vous vous êtes pas posés là-bas.
R : Non, non, on s’est pas posés. On est allés jusqu’au pied des Pyrénées et… et on est revenus.
A : Et alors, on voit bien ? C’est beau ?
R : Oui, oui, c’est… C’était très beau. C’est…
A : On (6) monte à combien d’altitude en fait ?
R : Là, on a volé environ à 900 mètres d’altitude.
A : Oui. C’était quoi… Un choix ? Ou ils peuvent aller plus haut, ou… ?
R : Oui, oui. C’est… Après, ça dépend des conditions météo… météo du jour. Mais donc là, c’était…
A : Pourquoi c’était 900 mètres ce jour-là ? Parce qu’il y avait des nuages ?
R : Oui, voilà. Parce que c’était en fonction de… Il faut pas… Ces… ces petits avions, ils ont pas le droit de… de s’approcher trop près des nuages en fait. Donc il faut rester toujours… Il y a une distance minimale à laquelle ils doivent voler.
A : Ah, d’accord. Donc là, vous étiez pas sûrs de pouvoir voler ce jour-là finalement.
R : Si, si, parce que les conditions étaient quand même pas… pas trop mauvaises. Il y avait pas trop, trop (7) de nuages. Donc c’était bon.
A : Et c’est ça, ils (8) regardent. Si un jour, c’est pas favorable…
R : Oh oui, il y a des… Si les conditions sont pas… sont pas… Les conditions minimales sont pas… re.[…] (9)… présentes, on…
A : On (10) décolle pas.
R : Les avions ne décollent pas.
A : Oui, oui. Et alors, le pilote, là, c’était…
R : Oui, oui. Bah, il est… il est pilote. Il a son brevet de pilote donc il en fait (11) souvent, hein, c’est…
A : Oui, oui. Bon, tu aimerais passer ton brevet ?
R : Bah ça doit être… Oui, ça doit être très intéressant parce que c’est….
A : Oui ?
R : C’est sympa (12) de voir le… le monde vu du… vu du ciel. Ça fait de beaux paysages. (13)
A : Oui. Et de pas trop haut en même temps.
R : Oui, puis c’est pas très haut, donc on voit mieux que sur les avions de ligne où…
A : Oui. Oui, oui.
R : … où on est beaucoup plus haut.
A : Et alors, les passagers ont tous bien supporté le vol ? C’était… Parce que je sais pas (14), c’est impressionnant ou pas, le décollage, l’atterrissage ?
R : Oui. Bah ça… ça bouge un peu plus que les avions de ligne. C’est un peu plus sensible aux turbulences, aux petites turbulences. Donc c’est…
A : Oui ? On sent que c’est un petit avion.
R : Oui, voilà, oui. C’est… Ça bouge un petit peu mais ça reste… c’est resté acceptable.
A : Et après, pendant le vol, c’était tranquille… enfin… ou il fait (15)… je sais pas, moi (16), il vous a montré un peu ce qu’on peut faire avec un petit avion ?
R : Oui, il nous a fait quelques petites…
A : Figures ?
R : Quelques petits piqués (17)… piqués vers… vers l’avant. Donc…
A : Ah bon !
R : On s’est sentis un petit peu tomber, et puis voilà.
A : Oui ! Et alors ? Il y a pas eu de cris d’angoisse dans la… dans le cockpit ?
R : Si ! Il y en a quelques unes… quelques passagères qui ont été un peu…
A : Ah bon ! Un peu impressionnées ?
R : Voilà, oui. Mais bon, ça s’est bien passé sinon.
A : Il y a du bruit ?
R : Oui, il y a beaucoup de bruit par contre.
A : Ah !
R : On a du mal à discuter avec les… les personnes de devant par exemple.
A : Bon. Bah donc expérience à renouveler ?
R : Oui !

Des explications :
1. mais là : ce n’est pas le sens spatial. Cela signifie «cettte fois-ci » / « dans cette situation »
2. Trois plus le pilote : trois et le pilote. Quand « plus » a ce sens, on prononce le « S » final.
3. Décoré / décollé : il s’agit bien sûr d’un lapsus car les deux mots sont proches dans leur prononciation.
4. Au pied des Pyrénées : au pied de signifie au bas de, à la base de quelque chose. (au pied de la falaise). Ils sont donc allés là où commence la chaîne des Pyrénées.
5. Ça faisait… : on utilise souvent le verbe faire pour parler de distance, comme dans : ça fait / faisait loin. (au lieu de: C’est / C’était loin.)
6. On monte à combien ? : ici, c’est bien l’emploi général et impersonnel de « On », contrairement aux emplois précédents : On est allés, où « On » remplace « nous » à l’oral, dans un style plus familier. Ou contrairement à la réponse de Romain juste après : On est montés (= nous sommes montés) à 900 mètres ».
7. pas trop trop de nuages : normalement, un seul « trop » suffit. Mais à l’oral, on peut répéter certains mots comme ici, ce qui donne l’impression d’atténuer davantage. (Mais c’est uniquement possible oralement). Par exemple: Tu as eu peur ? Non, pas trop, trop.
8. ils regardent : « ils » fait référence aux pilotes en général ou aux gens qui gèrent ces petits aéroports par exemple.
9. re[…] : Romain cherche ses mots. On peut reconstituer ce qui se passe dans sa tête ! Ce qui lui vient d’abord, c’est l’adjectif « requises » car il est souvent associé à « conditions », dans des phrases comme : Quelles sont les conditions requises ?. Mais ce n’est pas ce qu’il veut dire. En fait, dans sa phrase, le meilleur adjectif aurait été : remplies.
10. On ne décolle pas : là aussi, c’est bien le sens impersonnel et général du pronom « on ».
11. Il en fait souvent : « en » remplace « de l’avion », qui est sous-entendu : Il fait souvent de l’avion => Il en fait souvent.
12. C’est sympa : c’est agréable, c’est bien. (familier)
13. ça fait de beaux paysages : cela donne de beaux paysages. / La conséquence, c’est qu’on voit de beaux paysages. Le verbe faire est vraiment utilisé dans beaucoup d’expressions très courantes, avec des sens variés !
14. Parce… que je sais pas : expression très orale. Il n’est pas vraiment question de « savoir » ou pas ! Bien sûr, on se pose un peu une question mais c’est avant tout une façon de lier les idées à l’oral en français, équivalente de « I don’t know » en anglais. Est-ce qu’on fait ça dans d’autres langues ? Peut-être pourrez-vous nous dire !
15. Il = le pilote
16. Je sais pas, moi : c’est comme dans la note 14, avec en plus ce « moi », encore plus oral.
17. un piqué : c’est lorsqu’un avion se laisse tomber presque verticalement. On dit par exemple : descendre en piqué.

TELECHARGER: Le monde vu du ciel

Publicités

Étiquettes :

One response to “Le monde vu du ciel”

  1. Monique says :

    Le prochain « exploit »est-il déjà programmé? Nature et date?

    Une grand-mère quelquefois inquiète!!!!

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :