Au pas, au trot, au galop !

Est-ce que vous vous souvenez ? L’une d’entre nous, Elora, a une passion : le cheval. Aujourd’hui, elle va donc nous la faire partager. Comment réussit-elle à conjuguer les cours à l’IUT et son passe-temps préféré ? Elle nous raconte tout. Histoire de chevaux et histoire de famille aussi !

Transcription:
E: Elora / L: Laetitia / Al: Alexia / A: Anne / M: Mélodie / Ad: Adèle

L: Elora, lorsque tu avais fait ta présentation, tu nous avais dit que tu aimais les chevaux.
E: Oui, oui, j’adore les chevaux, j’en fais (1) depuis que j’ai trois ans. Donc ça fait quatorze ans que j’en fais et j’ai trois chevaux à moi, qui m’appartiennent et ils sont juste à côté de chez moi, donc j’en fais assez régulièrement.
Ad: Comment ils s’appellent ?
E: Alors, il y en a une qui s’appelle Luciole, c’est un New Forest, une deuxième qui s’appelle Princesse, c’est aussi un New Forest et le dernier s’appelle Lucio, c’est un Barbe.
A: Moi j’y connais rien (2) en chevaux … C’est les races ?
E: Ouais, c’est les races de chevaux. Les deux New Forest, c’est plutôt des poneys un peu… nous, c’est un peu randonnée, voilà. On les utilise principalement pour faire de la randonnée. Et le Barbe, c’est un grand cheval, il y a un peu de la race espagnole. Donc c’est des chevaux très beaux, très élancés, voilà.
Al: Et c’est une passion familiale ou il y a que toi dans ta famille qui monte ?
E: Non, c’est une passion familiale. J’en fais avec mes trois… J’ai deux sœurs, donc on en fait toutes les trois et mon père s’y est mis (3) récemment avec nous aussi.
A: Ah oui, parce que c’est pas votre papa qui vous a mis (4) en selle ?
E: Non, pas du tout, non, non. C’était de nous-mêmes, toutes petites, on a décidé qu’on voulait faire du cheval et ça s’est fait.
Al: Toutes les trois en même temps ?
E: On a des âges différents donc… mais pratiquement au même âge, on s’y est toutes mises. On avait toutes aux alentours de trois – quatre ans (5).
A: C’est petit quand même (6) ! On commence sur des petits… sur des poneys ?
E: Oui oui, on appelle ça des Shetlands, les plus petits poneys, les Shetlands.
A: Ça vous a toujours plu ?
E: Ah oui !
A: Dès le début ?
E: Oui, oui.
M: Et du coup, tu fais des concours (7) ?
E: Non. J’ai essayé une fois un concours, et j’avais un poney très difficile donc j’ai pas réussi et donc j’ai arrêté le concours. Je préfère vraiment faire ça par plaisir. Donc j’en ai fait en club pendant une dizaine d’années et dès que j’ai eu mes chevaux, j’en ai fait chez moi et donc je les utilise pour faire de la randonnée.
Al: Et tu habites où ?
E: J’habite dans les Hautes-Alpes, à Gap.
Al : Oui voilà, ça aide !
E: Oui, et j’habite à côté d’une grande forêt en plus, donc je vais en faire dans la forêt.
A: Donc la semaine, vous êtes à Marseille, et vos chevaux vous manquent ? (8)
E: Oui, un petit peu, je retourne les voir le week-end du coup.
A: Mais qui est-ce qui s’en occupe ? Parce que un cheval, on s’en occupe tous les jours, non ?
E: Non, non non, on s’en occupe pas tous les jours. Ils sont dans un grand pré, donc on leur donne à manger, oui, on leur donne à manger matin et soir. Donc ça, c’est mon père et ma petite sœur qui s’en occupent et après, quand on… Nous, on les sort le week-end, avec ma grande sœur, on va faire des balades (9), en les brosse, on s’en occupe comme on peut.
A : Ça doit être bien, hein !
L: Et tes trois chevaux, c’est pour toi et tes sœurs ou juste pour toi du coup ?
E: Oui, c’est pour moi et mes sœurs.
A: Et votre papa, il monte sur quoi ?
E: Mon papa, on lui prête nos chevaux quand nous, on n’en fait pas.
A: D’accord. Et alors il faut avoir un pré, enfin, il faut des installations.
E: Oui, on a un pré assez grand, je ne saurais pas dire combien de mètres carrés (10) il fait, mais il est quand même bien grand et on y a construit une cabane dedans, pour qu’ils soient à l’abri quand il pleut et pour ranger un peu tout notre matériel.
A: C’est un ranch !
E: Ouais, voilà, un petit ranch.
A: Bon, quand est-ce qu’elle nous invite ?
E: Quand vous voulez !
Al: Ouais, ouais, on veut essayer !
M: Oui, parce que Gap, l’hiver ça doit être frais (10), quand même, non ?
E: Oui, il y a pas mal de neige mais après, c’est des poneys, ils sont habitués à ça. Donc eux, ils adorent la neige, ils aiment trop ça. Même la pluie, ils adorent !
Al: C’est bien, ils sont pas compliqués.
E: Non.
Al: Bah, c’est une belle passion !

Des explications :
1. J’en fais : on utilise le pronom en car on dit faire du cheval / faire de l’équitation.
2. Je n’y connais rien : il ne faut pas oublier y dans cette expression. Ce pronom remplace le complément introduit par à : Je ne connais rien à l’équitation.
3. Se mettre à quelque chose : commencer quelque chose, une activité. On dit par exemple : se mettre à l’équitation / se mettre à monter à cheval / se mettre à faire du cheval
4. ce n’est pas lui qui vous a mis en selle : puisqu’il y a trois filles et pas de garçon dans la famille, il aurait fallu dire : ce n’est pas lui qui vous a mises en selle ( en accordant le participe passé au féminin pluriel, donc mises.)
5. aux alentours de 3 / 4 ans : vers trois ou quatre ans
6. C’est petit = Trois ou quatre ans, c’est très jeune = On est encore petit à cet âge-là.
7. un concours d’équitation : c’est le terme utilisé pour les compétitions d’équitation.
8. Vos chevaux vous manquent : attention à l’ordre des mots en français pour exprimer l’idée du manque ! C’est différent de l’anglais qui dit : I miss my horses.
9. Une balade : une promenade
10. les mètres carrés : ils servent à exprimer la surface d’un terrain, d’une maison, etc. On utilise toujours le symbole : m² . Par exemple, on écrit 500 m² et on dit : cinq cents mètres carrés.
11. Ça doit être frais : c’est une façon de dire qu’il doit faire froid dans la région de Gap. Donc la cabane est nécessaire pour que les chevaux aient un abri en hiver dans leur pré.

Un peu de français :
Un cheval, des chevaux : les petits Français apprennent ce pluriel irrégulier quand ils sont enfants.
du / de l’ / de la:
Je fais du cheval.
Je fais de l’équitation.
Elle faisait du poney quand elle était petite.
Elles font de la randonnée équestre.

Et vous ?
– Aimez-vous les chevaux ?
– Faites-vous du cheval ?

Si vous êtes passionnés d’équitation, vous saurez tout dire en français en allant sur ce site.

Au galop – France Bienvenue

Advertisements

Étiquettes : , ,

2 responses to “Au pas, au trot, au galop !”

  1. Déborah says :

    J’ai une question sur « du coup ». Serait-il aussi correct de dire « …du coup, je retourne les voir le weekend »? Je pose cette question parce que je trouve que c’est plus facile pour moi de comprendre la phrase écrite comme ça. Merci!

    • France Bienvenue says :

      Bonjour Deborah, oui, on peut mettre cette expression au début ou à la fin ! Tu as raison, ce serait plus clair au début. Mais à l’oral, on ajoute souvent des mots auxquels on n’avait pas pensé immédiatement en commençant sa phrase, ce qui donne parfois un ordre des mots un peu moins logique.
      A bientôt

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :