Archive | La vie étudiante RSS for this section

Nouvelle vie à Lille

La France n’est pas un pays immense. Mais quand on habite Marseille et qu’on part s’installer à Lille, c’est un grand changement. Un changement d’autant plus grand quand ce déménagement signifie aussi qu’on devient indépendante, comme nous le raconte Manon, qui vient de passer son premier hiver là-bas. Et l’hiver, cette année, a été un peu rude!


Transcription :
M : Manon / L : Laura

L: Alors Manon, l’année dernière, tu étais en classe prépa HEC (1) pour préparer les concours aux grandes écoles de commerce. Donc c’était à Marseille et là, tu as réussi une école à Lille. Et donc tu as ton appartement toute seule, là-bas. Et comment ça se passe (2) alors depuis… Comment ça s’est passé cette année?
Lire la Suite…

De la théorie à la pratique

La durée des études s’allonge en France. Il faut être de plus en plus qualifié. Le problème, c’est qu’il faut en même temps avoir de l’expérience professionnelle pour être recruté ! Alors de plus en plus de jeunes sont attirés par le système de l’alternance, qui se développe un peu partout. Manon nous explique comment s’organise sa vie d’étudiante plus tout à fait étudiante et pas encore tout à fait salariée !

Transcription
M : Manon / A : Anne

A : Alors, Manon, vous êtes étudiante donc ici mais vous avez un statut un petit peu spécial quand même puisque vous nous avez dit que vous faites de l’alternance. Alors qu’est-ce que c’est, ce système ?
M : Bah, l’alternance en fait, c’est qu’on continue les études… enfin, j’aurai le même diplôme que les autres à la fin de l’année, sauf que ma semaine est divisée en deux. Donc le lundi et le mardi, je suis en formation à l’école et le mercredi, jeudi, vendredi, je travaille à la banque et je suis rémunérée.
Lire la Suite…

Déjeuner sur le pouce

On voit de plus en plus d’étudiants français apporter leur déjeuner pour manger sur place, sans avoir à aller au resto U ou ailleurs. Les boîtes pour transporter ces repas sur le pouce sont même devenues à la mode, joliment décorées ! Ce n’était pas du tout le cas il y a encore deux ou trois ans. Qui aurait pensé à transporter son repas individuel comme ça, dans un pays où dès l’école maternelle, les enfants prennent leur repas de midi en commun à la cantine ou la cafétéria de leur école ?
Cécile, Mélissa et Mohktaria, toutes trois étudiantes en troisième année à l’IUT, expliquent ce qui les pousse à s’organiser de cette manière.

Transcription :
M: Melissa / C : Cécile / Mo : Mokhtaria / A : Anne

A : Alors, bonjour à toutes les trois, et c’est l’heure du déjeuner. Et… Bah vous n’êtes pas au restaurant, là. Vous êtes dans une salle de cours, en train de manger. Alors, peut-être Cécile pourrait nous dire ce qu’elle a mangé ?
C : Alors, j’ai mangé des patates (1) récupérées de hier soir (2).
A : Oui ?
C : Que ma mère avait préparées.
A : Ah, d’accord, donc dans un petit récipient, là, vous apportez ça.
C : Voilà. Qu’on fait réchauffer.
A : Des patates froides ?
C : Non, on fait réchauffer au micro-ondes, en salle 214.
A : D’accord. Et donc, vous avez pris ça de… des restes d’hier soir.
C : Voilà.
Lire la Suite…

Une ville où il fait bon vivre

Quand on habite la région, on peut faire ses études à Marseille ou à Aix-en-Provence car ce sont deux villes qui offrent toutes les possibilités. Coralie, qui étudie à Marseille, est allée demander à Sophie, étudiante à Aix, ce qu’elle apprécie particulièrement dans cette ville.
Petite balade tranquille aux côtés de Sophie donc, à Aix où il fait bon vivre et étudier.


Transcription :
C : Coralie / S : Sophie

C: Alors Sophie, j’aimerais que tu nous parles d’ Aix , pourquoi tu es allée dans cette ville ?
S: Alors, j’ai connu Aix-en-Provence pour mes études, je devais poursuivre mes études de droit et donc je me suis tournée vers la ville d’ Aix-en-Provence qui a l’avantage d’être à côté de Marseille. On met pas longtemps pour y aller en voiture ou en car comme le font de nombreux étudiants, on met à peu près vingt minutes. Voilà. Et il y a des facs (1) de qualité , ce qui permet de continuer des études tout en étant proche de… de chez soi.
C: Et qu’est-ce qui t’a attirée à Aix ?
Lire la Suite…

La relève

Ils s’appellent Christophe, Coralie, Amandine, Laura, Marine et Manon. Ce sont eux qui vont vous faire partager leur vie et celle de leur entourage tout au long de cette année universitaire.
Voici donc la cinquième équipe.
La relève est assurée !

Transcription:
L: Laura / C: Coralie / M: Manon / Ma: Marine / Am : Amandine / C: Christophe / A: Anne

A : Alors bonjour à tous. Donc, voici la nouvelle équipe et cette année donc, il y a cinq filles et un seul garçon. Et bah… chacun va se présenter et on va commencer par une fille.
L : Bonjour, je m’appelle Laura, j’ai vingt ans, j’habite à Marseille. Donc, je fais des études dans la gestion des entreprises et des administrations, à Marseille. Donc j’ai eu mon bac (1) Economie et Social (2) en 2010.
A : Donc, il manque une année là, quand même !
L : Juste après mon bac, en fait, j’ai fait une prépa (3) pour devenir orthophoniste (4).
Lire la Suite…

Un Grenoblois à Marseille

Certains ont parfois du mal à s’adapter à la vie à Marseille, parce que c’est une grande ville, parce qu’ils sont loin de leur famille et qu’elle leur manque. Mais pas de problème pour Lucas ! Il partage son temps entre sa ville d’origine, Grenoble, et sa ville d’adoption, entre ses amis d’avant et ceux qu’il a rencontrés en s’installant ici. Tout va bien pour lui !


Transcription
A: Anne / L: Lucas

A: Bonjour Lucas.
L: Bonjour.
A: Alors, vous n’êtes pas du tout marseillais.
L: Non, pas du tout. En fait, je viens de… de Grenoble.
A: Oui, alors, c’est…
L: Une ville à 300 – 350 km au nord d’ici.
A: Oui. Puis c’est pas du tout la mer. C’est plutôt le contraire !
L: Pas du tout la mer, ouais, c’est la montagne, le froid l’hiver, etc… Mais… Oui, donc en fait, je suis venu sur Marseille (1) parce que ma famille est d’Aix en Provence.
Lire la Suite…

Une année en classe prépa

Après le bac, pour entrer dans ce qu’on appelle les Grandes Ecoles, il faut d’abord faire une classe préparatoire. Puis à la fin des deux années de prépa, les étudiants passent des concours très sélectifs. Tous ne sont pas reçus puisqu’il n’y a qu’un nombre limité de places. Alors pour mettre toutes les chances de leur côté, ceux qui choisissent cette voie travaillent d’arrache-pied. C’est ce que Mathilde a vécu l’année dernière, avant de décider de changer. Rythme de travail, ambiance, contenu, elle partage avec nous son expérience.


Transcription
M: Mathilde / A: Anne

A: Bonjour Mathilde.
M: Bonjour.
A: Ça va ?
M: Très bien. Et vous ?
A: La vie à l’IUT est agréable ?
M: Ça va, ça se passe bien.
A: En comparaison avec la classe prépa l’an dernier ? Parce que vous avez fait ça l’an dernier.
M: C’est exact. Oui, j »ai fait une prépa école de commerce l’année dernière sur Aix en Provence (1). Ça s’est pas trop mal passé, ça s’est… plutôt bien, même. Les notes étaient pas… pas géniales (2) mais…
A: Ça allait ?
M: … ça tenait la route (3). Et… Mais c’est vrai que le rythme était quand même beaucoup plus soutenu (4) qu’ici.
Lire la Suite…

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 005 autres abonnés